Chine: le secteur de l’internet explose

11.02 Le secteur de services d'Internet et les secteurs connexes ont connu une forte croissance de leurs revenus en 2018, avec une expansion stable et continue de l'e-commerce et des jeux en ligne.

Le total des revenus du secteur a atteint 956,2 milliards de yuans (142 milliards de dollars), en hausse de 20,3% par rapport à 2017, a fait savoir le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information.

Le Guangdong, Shanghai et Beijing, qui occupent les trois premières places en termes de revenus des services d'Internet, ont enregistré respectivement une augmentation de 26,5%, de 20% et de 25,2%.

Les dépenses du secteur dans la recherche et le développement ont grimpé de 19% à 49 milliards de yuans par rapport à l'année précédente.

Les services d'information ont contribué le plus à la croissance, engrangeant 859,4 milliards de yuans (+20,7%) et représentant 89,4% du total des revenus.

Les plateformes d'e-commerce ont affiché 366,7 milliards de yuans de revenus (+13,1%), tandis que les jeux en ligne ont rapporté des recettes de 194,8 milliards de yuans (+17,8%).

Les données du ministère couvrent les entreprises ayant enregistré des revenus annuels provenant des services d'Internet de plus de 3 millions de yuans au cours de l'année précédente.



Le Hunan lutte contre la pauvrete

04.02 La province chinoise du Hunan (centre) a vu 1,31 million d'habitants ruraux sortir de la pauvreté en 2018, a-t-on appris samedi de la session annuelle en cours de l'Assemblée populaire provinciale.

La province a réduit son taux de pauvreté, de 3,86% en 2017 à 1,49% l'année dernière, a déclaré Xu Dazhe, gouverneur du Hunan, en présentant le rapport d'activité du gouvernement lors de la réunion d'ouverture de la session législative provinciale annuelle.

M. Xu a précisé que 2.491 villages et 18 districts du Hunan n'avaient plus l'étiquette "pauvreté" l'année dernière, alors que le revenu disponible par habitant de la province pour les résidents ruraux a augmenté de 11% à 10.285 yuans (environ 1.524 dollars).

Le gouverneur a déclaré que le Hunan visait à sortir au moins 600.000 personnes de la pauvreté cette année, avec la préfecture autonome ethnique Tujia et Miao de Xiangxi comme objectif majeur.





Huawei à Davos

27.01 Avec la mondialisation 4.0, à savoir une nouvelle vague de mondialisation dans le numérique, l'attention va davantage se porter sur les bénéfices sociaux que commerciaux, a pronostiqué mardi Ken Hu, un haut responsable de l'entreprise chinoise de technologies de l'information et de la communication Huawei.

Le vice-président de Huawei s'exprimait lors d'une table ronde intitulée "Perspectives stratégiques de l'économie numérique" à l'occasion de la réunion annuelle du Forum économique mondial (FEM), qui se déroule de mardi à vendredi dans la ville suisse de Davos.

La réunion de cette année a pour thème "Mondialisation 4.0 : élaboration d'une architecture mondiale à l'ère de la quatrième révolution industrielle". Elle a attiré plus de 3.000 participants, selon les organisateurs.

La cinquième génération (5G) de standards de la téléphonie mobile sera déployée dans 110 pays d'ici 2025 et devrait apporter des avantages sans précédent aux consommateurs, aux entreprises ainsi qu'à la société, a jugé M. Hu.

Ce potentiel technologique améliorera la vie des personnes handicapées, élargira l'accès aux services bancaires et permettra de nourrir davantage une population en expansion, a-t-il poursuivi.

Le forum de Davos "est une excellente plateforme pour explorer la valeur sociale que (ce potentiel) peut nous apporter", a noté M. Hu, ajoutant que la création de valeur sociale devait être une considération clé pour les entreprises.



Alibaba et les villages Taobao

21.01 Alibaba, géant de l'e-commerce chinois, a affirmé avoir mis en place des programmes pilotes en matière d'e-commerce auprès de 600 villages pauvres l'année dernière, en les changeant en "villages Taobao".

Les villages Taobao sont des centres ruraux du e-commerce qui bénéficient de la logistique, des services et des formations d'Alibaba, afin d'encourager les paysans à s'engager dans la vente en ligne des produits agricoles et des spécialités locales.

Pour accéder au label "village Taobao", Alibaba demande que le volume des transactions annuelles sur internet dépasse 10 millions de yuans (environ 1,5 million de dollars), et que plus de 100 boutiques en ligne soient situées dans le village.

Ce projet fait partie de la campagne entreprise par Alibaba pour contribuer à la réduction de la pauvreté dans le pays.

Les districts appauvris au niveau national en Chine ont enregistré un volume de vente de plus de 63 millards de yuans sur la plate-forme d'Alibaba l'année dernière, selon un rapport publié par l'entreprise, pendant la conférence tenue à Shijiazhuang, capitale de la province chinoise du Hebei (nord).

Le groupe Ant Financial, une filiale d'Alibaba, a prêté quelque 100 milliards de yuans à plus de 2 millions d'utilisateurs dans les districts les plus pauvres de ce pays.

"Plus de 1.000 employés d'Alibaba ont participé à des projets de réduction de la pauvreté, et ont visité plus de 100 districts pauvres l'année dernière," a expliqué Shao Xiaofeng, secrétaire général du Fonds de Réduction de la Pauvreté.

Ce fonds a été créé par Alibaba en décembre 2017, qui a pris l'engagement d'investir 10 milliards de yuans sur cinq ans, dans des programmes de réduction de la pauvreté couvrant l'éducation, l'e-commerce, la santé, le droit des femmes et la protection environnementale.

La Chine s'est engagée à sortir l'ensemble de sa population rurale de la pauvreté avant 2020.

Depuis son lancement en octobre 2015, plus de 60.000 entreprises privées, dont Alibaba, ont pris part à la campagne de réduction de la pauvreté, intitulée "10.000 entreprises aident 10.000 villages".







































































































































 





































































































































































































































































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement   Culture

Asie

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html


RMB, la monnaie qui monte

Première puissance commerciale de la planète, la Chine met tout en œuvre pour transformer le RMB, sa monnaie, en une devise internationale, au même titre que le dollar et l'euro. Le mouvement est en marche, inéluctable.

Dans la rapide montée en puissance de sa monnaie, l'Empire du Milieu a trouvé un allié de poids : l'Europe. Les deux parties travaillent à présent main dans la main, animées d'une même préoccupation : se libérer de la dépendance au billet vert dans leurs échanges bilatéraux. Accord d'échanges de devises, ouverture de chambres de compensation en Europe, création de produits et services libellés en RMB, lancement du programme RQFII... : tout concourt à un usage de plus en plus fréquent de la monnaie chinoise.

À la fois enquête de terrain et guide pratique, RMB, la monnaie qui monte se propose de répondre à trois questions. Qu'est-ce que le RMB ? Sur quoi reposent les principaux enjeux de son internationalisation ? Et surtout, qu'est-il d'ores et déjà possible de faire avec une devise qui n'est que partiellement convertible ?

Aux éditions Pacifica



Vivre la Corée


Vivre la Corée est un guide pratique qui veut donner toutes les informations nécessaires à ceux qui habitent ou souhaitent habiter dans le pays.

Il a été écrit par une équipe de journalistes qui résident en Corée depuis plusieurs années. Ils ont voulu faire partager leur expérience du quotidien. Louer un appartement. Payer son téléphone. Trouver un travail, un stage, ou une université. Aller à l'hôpital. Vivre tout simplement dans l'un des pays les plus fascinants du monde.

Vous trouverez donc dans ces pages des informations pratiques, des contacts, des conseils, bien entendu, mais sans jamais oublier de vous donner nos clés de la société coréenne. Pour nous, une information doit toujours être comprise dans son contexte, dans sa culture. Dans son univers.




Stratégies d’entreprise en Chine


Richement documenté, cet ouvrage fait le point de façon équilibrée sur les opportunités et les menaces de l'environnement chinois des affaires. Les managers connaissent en effet mal les transformations récentes du pays. Sait-on par exemple que la Chine compte aujourd'hui plus de 100 parcs scientifiques et techniques et dépense plus que le Japon en R&D ? Ces dimensions prometteuses constituent autant de défis à relever pour les entreprises étrangères.


Le livre prend appui sur une grande variété de cas concrets : Carrefour, Citroën, Google, etc. À travers la trame du modèle PESTEL, il suit une logique assez chinoise dans sa construction : une première partie plutôt yang, c'est-à-dire le versant ensoleillé de la conduite des affaires en Chine et une seconde partie plutôt yin, où sont examinés les défis sociétaux que les entreprises ne peuvent ignorer.





Le Grand Livre de la Chine


Un livre de référence complet, accessible et vivant.

Ce guide dresse un panorama inédit pour rendre compte de la réalité chinoise. Il aborde successivement histoire, géographie, civilisation, pensée, vie quotidienne et économie.

Conçu conjointement par un historien et un chef d'entreprise, validé et cautionné par une équipe de sinologues, il constitue un outil unique de découverte et d'étude.


Aux éditions Eyrolles




La Chine, Bombe à retardement


La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique. Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce...

Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.


Aux éditons Eyrolles



 














 

A lire aussi