Chine: croisance très forte

13.01 Un responsable de la Banque mondiale a qualifié la croissance de la Chine en 2018 et ses perspectives en 2019 de "très fortes".

"Nous prévoyons un ralentissement de la croissance et nous avons révisé notre estimation légèrement à la baisse", a indiqué Franziska Ohnsorge, responsable du Groupe des perspectives de développement de la Banque mondiale.

"Cela est partiellement dû aux tensions commerciales qui semblent avoir influencé l'activité en Chine", a expliqué Mme Ohnsorge à Xinhua lors d'une récente conférence de presse à Londres.

"Mais les responsables politiques y ont bien sûr répondu par des politiques de relance qui se sont avérées très efficaces, et ils ont réussi à maintenir une croissance très forte", a poursuivi Mme Ohnsorge.

Elle a tenu ces propos lors du lancement de la revue semestrielle de l'économie mondiale de la Banque mondiale, le rapport sur les Perspectives de l'économie mondiale (PEM), dont elle est la principale auteure.

Le rapport des PEM a enregistré une croissance de 6,5% dans l'économie chinoise en 2018 soutenue par une consommation résistante, et a modéré ses prévisions à 6,2% en 2019.

Il a noté qu'un rebond de l'investissement fixe privé contribuait à compenser un recul dans les infrastructures publiques et d'autres dépenses d'Etat.

Cependant, la production industrielle et la croissance des exportations a décéléré, reflétant le ralentissement de l'activité manufacturière globale, tandis que la croissance des importations a continué à surpasser celle des exportations, contribuant à la réduction de l'excédent au compte courant.

Le prix des actions et la devise chinoise, le renminbi, ont connu des pressions décroissantes continues, et les écarts de rendement des obligations souveraines a augmenté face aux tensions commerciales en cours et aux préoccupations sur les perspectives de la croissance, a fait valoir le document.

Les risques pour la croissance en Chine n'étaient pas exceptionnels et étaient semblables à ceux d'autres parties de l'économie globale.





Nouvel aéroport de Beijing

06.01Le nouvel aéroport international de Beijing devrait gérer 45 millions de passagers par an d'ici 2021 et 72 millions de passagers d'ici 2025, selon le régulateur de l'aviation civile du pays.

L'aéroport international Daxing de Beijing, qui sera mis en service cette année, est conçu pour devenir "un grand centre d'aviation international, un nouveau moteur pour le développement du pays et un centre de transport intégré Beijing-Tianjin-Hebei qui soutiendra le développement de la Nouvelle Zone de Xiongan", selon un communiqué de l'Administration de l'aviation civile de Chine (AACC).

Situé à 46 kilomètres au sud du centre-ville de Beijing, le nouvel aéroport vise à alléger la pression sur l'aéroport international de Beijing-capitale, qui est surchargé, dans la banlieue nord-est de Beijing. Il est situé à la jonction de l'arrondissement de Daxing de Beijing et de la ville de Langfang, près de la province du Hebei.

Alors que le nouvel aéroport allégera la pression, l'aéroport international de Beijing-capitale se positionnera comme un pôle important pour la région Asie-Pacifique et jouera un rôle central dans la capitale, a indiqué l'AACC.

Le transport de passagers devrait être réduit à 82 millions par an, selon le communiqué.

L'année dernière, l'aéroport a enregistré plus de 100 millions de passagers, devenant le deuxième aéroport le plus chargé au monde, en termes de transport de passagers.

China Eastern Airlines et China Southern Airlines seront les principales compagnies aériennes du nouvel aéroport. Les compagnies aériennes étrangères pourront choisir un aéroport ou opérer dans les deux, selon l'AACC.



Chine: Travailleurs indépendants en hausse

16.12 Le nombre de sociétés privées et d'entrepreneurs indépendants en Chine a connu une rapide augmentation au cours des 40 dernières années de réforme et d'ouverture, selon l'Administration d'Etat de contrôle du marché.

Fin octobre 2018, la Chine comptait 71,37 millions d'entrepreneurs indépendants et 30,67 millions de sociétés privées, soit respectivement 500 fois et 338 fois plus qu'il y a 40 ans.

La Chine possédait seulement 140.000 entrepreneurs indépendants en 1978, au début de la politique de réforme et d'ouverture, alors que le nombre de sociétés privées immatriculées était de 90.500 en 1989.

Le nombre d'entités économiques privées est monté en flèche au cours des dernières décennies, alors que le gouvernement a continué à améliorer l'environnement commercial, notamment en assouplissant les restrictions sur l'immatriculation des entreprises.

Le secteur privé joue désormais un rôle important dans l'économie chinoise, contribuant à plus de la moitié des recettes fiscales, à 60% du produit intérieur brut (PIB), à 70% des innovations technologiques et des nouveaux produits, à 80% des emplois urbains et à 90% des nouveaux emplois.



Alipay en hausse

3.12 Alipay, principale plate-forme chinoise de paiement en ligne et de services de la vie quotidienne, opérée par Ant Financial Services Group, compte plus de 900 millions d'utilisateurs dans le monde, a indiqué l'entreprise.

Alipay comptait en septembre 2018 plus de 700 millions d'utilisateurs actifs en Chine, avec 70% d'entre eux utilisant trois services fournis par Alipay, selon le dernier rapport sur les revenus trimestriels d'Alibaba.

Plus de 40 millions de petits magasins et de vendeurs en Chine permettent un paiement via Alipay grâce à un code QR. Les habitants urbains peuvent également profiter de plus de 100 services dans les domaines tels que la sécurité sociale, le transport et les affaires civiles.

Depuis qu'Alipay a entamé ses efforts de mondialisation en 2007, la société a fourni le paiement mobile et des services financiers inclusifs à 870 millions d'usagers à travers le monde.

Le service de portefeuille d'Alipay est disponible dans neuf pays et régions, tandis qu'un total de 80 aéroports dans plus de 40 pays et régions permettent un remboursement immédiat de la TVA via Alipay.































































































































 





































































































































































































































































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement   Culture

Asie

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html


RMB, la monnaie qui monte

Première puissance commerciale de la planète, la Chine met tout en œuvre pour transformer le RMB, sa monnaie, en une devise internationale, au même titre que le dollar et l'euro. Le mouvement est en marche, inéluctable.

Dans la rapide montée en puissance de sa monnaie, l'Empire du Milieu a trouvé un allié de poids : l'Europe. Les deux parties travaillent à présent main dans la main, animées d'une même préoccupation : se libérer de la dépendance au billet vert dans leurs échanges bilatéraux. Accord d'échanges de devises, ouverture de chambres de compensation en Europe, création de produits et services libellés en RMB, lancement du programme RQFII... : tout concourt à un usage de plus en plus fréquent de la monnaie chinoise.

À la fois enquête de terrain et guide pratique, RMB, la monnaie qui monte se propose de répondre à trois questions. Qu'est-ce que le RMB ? Sur quoi reposent les principaux enjeux de son internationalisation ? Et surtout, qu'est-il d'ores et déjà possible de faire avec une devise qui n'est que partiellement convertible ?

Aux éditions Pacifica



Vivre la Corée


Vivre la Corée est un guide pratique qui veut donner toutes les informations nécessaires à ceux qui habitent ou souhaitent habiter dans le pays.

Il a été écrit par une équipe de journalistes qui résident en Corée depuis plusieurs années. Ils ont voulu faire partager leur expérience du quotidien. Louer un appartement. Payer son téléphone. Trouver un travail, un stage, ou une université. Aller à l'hôpital. Vivre tout simplement dans l'un des pays les plus fascinants du monde.

Vous trouverez donc dans ces pages des informations pratiques, des contacts, des conseils, bien entendu, mais sans jamais oublier de vous donner nos clés de la société coréenne. Pour nous, une information doit toujours être comprise dans son contexte, dans sa culture. Dans son univers.




Stratégies d’entreprise en Chine


Richement documenté, cet ouvrage fait le point de façon équilibrée sur les opportunités et les menaces de l'environnement chinois des affaires. Les managers connaissent en effet mal les transformations récentes du pays. Sait-on par exemple que la Chine compte aujourd'hui plus de 100 parcs scientifiques et techniques et dépense plus que le Japon en R&D ? Ces dimensions prometteuses constituent autant de défis à relever pour les entreprises étrangères.


Le livre prend appui sur une grande variété de cas concrets : Carrefour, Citroën, Google, etc. À travers la trame du modèle PESTEL, il suit une logique assez chinoise dans sa construction : une première partie plutôt yang, c'est-à-dire le versant ensoleillé de la conduite des affaires en Chine et une seconde partie plutôt yin, où sont examinés les défis sociétaux que les entreprises ne peuvent ignorer.





Le Grand Livre de la Chine


Un livre de référence complet, accessible et vivant.

Ce guide dresse un panorama inédit pour rendre compte de la réalité chinoise. Il aborde successivement histoire, géographie, civilisation, pensée, vie quotidienne et économie.

Conçu conjointement par un historien et un chef d'entreprise, validé et cautionné par une équipe de sinologues, il constitue un outil unique de découverte et d'étude.


Aux éditions Eyrolles




La Chine, Bombe à retardement


La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique. Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce...

Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.


Aux éditons Eyrolles



 














 

A lire aussi