Croissance chinoise: les services

19.02 Le secteur des services a joué un rôle de premier plan dans la croissance économique chinoise, selon des données publiées par le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

La valeur ajoutée du secteur des services a augmenté de 8,2% en 2017 en glissement annuel, dépassant le taux de croissance de la production économique globale et des industries secondaires pour la cinquième année consécutive.

L'indice de production du secteur des services a augmenté de 8,2% en 2017, soit 0,1 point de pourcentage de plus par rapport à celui de l'année précédente.

Les secteurs tels que ceux de la transmission des informations, des logiciels et du crédit-bail ont enregistré une croissance à deux chiffres ou proche de ce niveau.

Xu Jianyi, chef du département du secteur des services du BES, a indiqué que les entreprises étaient optimistes quant au secteur des services.

La Chine a rééquilibré l'économie en donnant plus de poids aux services et à la consommation, plutôt qu'à l'investissement et au commerce.

L'économie chinoise a enregistré une croissance de 6,9% en 2017, contre 6,7% en 2016, marquant la première accélération du rythme de croissance annuelle en sept ans.










Chine: le défis de la pauvreté


12.02 La Chine a sorti 68,53 millions de personnes de la pauvreté ces cinq dernières années, obtenant des progrès impressionnants dans la réduction de la pauvreté, selon le Bureau du groupe dirigeant la réduction de la pauvreté et le développement du Conseil des Affaires d'Etat.

Cela correspond à une réduction annuelle d'au moins 13 millions. Le taux de pauvreté du pays est passé de 10,2% en 2012 à 3,1% en 2017.

La Chine vise à éliminer la pauvreté absolue d'ici 2020 dans le cadre de la création d'une société relativement prospère.

Il y avait environ 30 millions de Chinois vivant sous le seuil de pauvreté national à la fin de l'année 2017.

Les responsables chinois ont considéré la réduction de la pauvreté comme une des "trois batailles dures" de la Chine pour les trois prochaines années, avec la prévention des risques et le contrôle de pollution. L'année 2018 est une année importante.

Plus de 10 millions de personnes sortiront de la pauvreté en 2018. Environ 100 districts devrait être retirés de la liste des régions pauvres, selon le groupe dirigeant.

Un district peut être retiré de la liste si pas plus de 2% de ses habitants gagnent moins de 2.300 yuans (environs 350 dollars) selon les prix de 2010. Dans les régions de l'ouest sous développées de la Chine, le seuil est de 3%.

Il y avait encore 30,46 millions de personnes rurales vivant sous le seuil de pauvreté national à la fin de 2017, selon le Bureau d'Etat des Statistiques (BES).






La Chine face au protectionisme américain

14.01 La Chine prendra des mesures nécessaires pour protéger les intérêts de ses entreprises si les Etats-Unis s'en tiennent à des pratiques protectionnistes unilatérales, a déclaré jeudi le ministère du Commerce.

Une enquête au titre de l'article 301 de la loi sur le commerce des Etats-Unis a été lancée à la fin de l'année dernière concernant les pratiques de la Chine en termes de propriété intellectuelle et de transfert de technologie. Elle est basée sur les propres lois et règlements de ce pays et nuira au cadre du commerce international, a expliqué Gao Feng, porte-parole du ministère, lors d'une conférence de presse.

Le déséquilibre commercial entre les deux pays est principalement dû à leurs structures économiques différentes, à la compétitivité industrielle et à la division internationale du travail, selon M. Gao. Il a indiqué que la Chine n'avait jamais recherché un excédent commercial, précisant que les flux commerciaux étaient déterminés par le marché.

La Chine a enregistré un excédent commercial de plus de 251 milliards de dollars avec les Etats-Unis au cours des onze premiers mois de 2017, en hausse de 9,7% sur un an, a expliqué M. Gao, ajoutant cependant que la croissance des importations en provenance des Etats-Unis était supérieure à celle des exportations vers ce pays.

La Chine publiera vendredi les données commerciales pour décembre et l'ensemble de 2017.






La Chine investit le chemin de fer

03.01 La Chine a rempli ses objectifs annuels concernant l'augmentation des investissements dans les chemins de fer en 2017, alors que les autorités ont continué à promouvoir la construction ferroviaire.

La Chine a consacré 801 milliards de yuans (environ 123 milliards de dollars) à des projets ferroviaires et a mis en service 3.038 kilomètres de nouvelles voies ferrées en 2017, atteignant ses objectifs annuels de 800 milliards de yuans d'investissements et de 2.100 kilomètres de nouvelles lignes ferroviaires, a annoncé la China Railway Corporation.

Fin 2017, la longueur totale des lignes ferroviaires opérationnelles en Chine a atteint 127.000 kilomètres, alors que le réseau des lignes à grande vitesse a été prolongé pour s'étendre sur 25.000 kilomètres, contre 22.000 kilomètres fin 2016.

Le développement des projets de construction ferroviaire a été effectué dans un contexte de ralentissement continu de la croissance des investissements en capital fixe du pays.

Au cours des onze premiers mois de l'année 2017, les investissements en capital fixe ont augmenté de 7,2% sur un an, contre 8,3% pendant la même période de 2016.

La Chine investira régulièrement dans le développement des transports en 2018, prévoyant des investissements équivalents à ceux de 2017, a indiqué le ministre des Transports Li Xiaopeng, fin décembre.

Pendant les trois prochaines années, les transports joueront un rôle plus important dans la réduction de la pauvreté et le développement plus vert et plus sûr, a affirmé M. Li.










































































 





































































































































































































































































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement   Culture

Asie

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html


RMB, la monnaie qui monte

Première puissance commerciale de la planète, la Chine met tout en œuvre pour transformer le RMB, sa monnaie, en une devise internationale, au même titre que le dollar et l'euro. Le mouvement est en marche, inéluctable.

Dans la rapide montée en puissance de sa monnaie, l'Empire du Milieu a trouvé un allié de poids : l'Europe. Les deux parties travaillent à présent main dans la main, animées d'une même préoccupation : se libérer de la dépendance au billet vert dans leurs échanges bilatéraux. Accord d'échanges de devises, ouverture de chambres de compensation en Europe, création de produits et services libellés en RMB, lancement du programme RQFII... : tout concourt à un usage de plus en plus fréquent de la monnaie chinoise.

À la fois enquête de terrain et guide pratique, RMB, la monnaie qui monte se propose de répondre à trois questions. Qu'est-ce que le RMB ? Sur quoi reposent les principaux enjeux de son internationalisation ? Et surtout, qu'est-il d'ores et déjà possible de faire avec une devise qui n'est que partiellement convertible ?

Aux éditions Pacifica



Vivre la Corée


Vivre la Corée est un guide pratique qui veut donner toutes les informations nécessaires à ceux qui habitent ou souhaitent habiter dans le pays.

Il a été écrit par une équipe de journalistes qui résident en Corée depuis plusieurs années. Ils ont voulu faire partager leur expérience du quotidien. Louer un appartement. Payer son téléphone. Trouver un travail, un stage, ou une université. Aller à l'hôpital. Vivre tout simplement dans l'un des pays les plus fascinants du monde.

Vous trouverez donc dans ces pages des informations pratiques, des contacts, des conseils, bien entendu, mais sans jamais oublier de vous donner nos clés de la société coréenne. Pour nous, une information doit toujours être comprise dans son contexte, dans sa culture. Dans son univers.




Stratégies d’entreprise en Chine


Richement documenté, cet ouvrage fait le point de façon équilibrée sur les opportunités et les menaces de l'environnement chinois des affaires. Les managers connaissent en effet mal les transformations récentes du pays. Sait-on par exemple que la Chine compte aujourd'hui plus de 100 parcs scientifiques et techniques et dépense plus que le Japon en R&D ? Ces dimensions prometteuses constituent autant de défis à relever pour les entreprises étrangères.


Le livre prend appui sur une grande variété de cas concrets : Carrefour, Citroën, Google, etc. À travers la trame du modèle PESTEL, il suit une logique assez chinoise dans sa construction : une première partie plutôt yang, c'est-à-dire le versant ensoleillé de la conduite des affaires en Chine et une seconde partie plutôt yin, où sont examinés les défis sociétaux que les entreprises ne peuvent ignorer.





Le Grand Livre de la Chine


Un livre de référence complet, accessible et vivant.

Ce guide dresse un panorama inédit pour rendre compte de la réalité chinoise. Il aborde successivement histoire, géographie, civilisation, pensée, vie quotidienne et économie.

Conçu conjointement par un historien et un chef d'entreprise, validé et cautionné par une équipe de sinologues, il constitue un outil unique de découverte et d'étude.


Aux éditions Eyrolles




La Chine, Bombe à retardement


La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique. Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce...

Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.


Aux éditons Eyrolles



 














 

A lire aussi