La Chine s’ouvre aux investisseurs étrangers

03.12 Alors qu'on assiste à la montée en puissance dans le monde d'un courant d'anti-mondialisation, le gouvernement de la Chine, ce grands pays industriel du monde, a lancé une nouvelle vague d'amplification de l'ouverture sur l'extérieur et de l'accroissement du degré d'ouverture de son économie, point de beaux discours mais des actions intensives et concrètes avec notamment une mesure majeure: l'élargissement plus marqué de l'accès au marché pour les investissements étrangers, selon le magazine "La Chine au présent".

Le 5 juin, la Direction générale du Conseil des Affaires d'État a promulgué la circulaire intitulée Mesures concernant l'administration spéciale de l'accès des investissements étrangers aux zones pilotes de libre-échange (liste négative), édition 2017, laquelle annule d'un seul coup 27 restrictions dans 10 catégories liées à l'accès des capitaux étrangers au marché chinois.

Le 28 juin, la Commission nationale pour le développement et la réforme et le ministère du Commerce ont conjointement rendu publique la nouvelle version du Catalogue d'orientation des investissements étrangers par secteurs d'activité. Le document actualisé maintient la tendance générale des précédents amendements entrepris et réduit une fois de plus le nombre de filières dans lesquelles des restrictions ou interdictions étaient imposées aux investisseurs de capitaux étrangers en Chine.

Le 28 juillet, lors de la réunion exécutive du Conseil des Affaires d'État présidée par le premier ministre Li Keqiang, deux thèmes ont été désignés comme prioritaires à l'ordre du jour: d'abord, l'intensification de l'introduction d'investissements étrangers en Chine et ensuite, la création d'un environnement d'ouverture de plus haut niveau. Lors de cette réunion, une série de mesures ont été approuvées, entre autres : la mise en œuvre, dans l'ensemble du pays, du système de la liste négative et de la règle du traitement national dès la phase de pré-établissement en faveur des investisseurs étrangers, qui avaient déjà été mis en application à titre d'essai dans les zones pilotes de libre-échange; l'accélération du système de réception des dossiers qui sera effectuée par un seul guichet avec un seul formulaire pour l'enregistrement d'une opération réalisée par une entreprise étrangère et pour la licence d'exploitation; un plus grand nombre de visas attribués aux talents étrangers et une prolongation de leur titre de séjour, etc.


Pekin lutte contre l’extrême pauvreté

03.12 La Chine renforcera sa contribution financière et son soutient politique pour éradiquer l'extrême pauvreté.

Eradiquer l'extrême pauvreté, qui persiste dans certaines zones de Chine, dont la région autonome du Tibet et certaines parties de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, ainsi que dans les provinces du Sichuan, du Yunnan et du Gansu, s'avère crucial pour le succès de la campagne d'élimination de la pauvreté du pays, selon une directive publiée mardi par les Directions générales du Comité central du Parti communiste chinois et du Conseil des Affaires d'Etat.

Le pays se concentrera sur l'élimination de la pauvreté causée par la maladie et le handicap tout en assurant l'eau potable sûre et le logement aux pauvres, selon la directive.

Le gouvernement améliorera l'éducation et l'emploi, en adoptant des politiques favorables dans les secteurs de la construction d'infrastructures, de l'utilisation des terres et de la sécurité sociale.

La Chine a fixé 2020 comme objectif pour construire une société d'aisance moyenne et éradiquer complètement la pauvreté.














La banque des Brics finance des projets


22.11 La Nouvelle Banque de développement (NBD), basée à Shanghai, a approuvé deux projets d'infrastructures et de développement durable en Inde et en Russie en octroyant des prêts atteignant 400 millions de dollars.

Les prêts seront utilisés pour réhabiliter le système du canal Indira Gandhi en Inde et construire un axe de transport à péage reliant le centre-ville d'Oufa à l'autoroute fédérale M-5 en Russie.

"La NBD fut établie pour mobiliser les ressources pour les infrastructures et le développement durable dans les pays des BRICS et d'autres économies émergentes ainsi que les pays en développement. Les deux projets approuvés aujourd'hui sont complètement conformes à la mission de la banque et aux plans de développement national de nos pays membres", a déclaré K.V. Kamath, président de la NBD.

La NBD a été créée avec un capital autorisé initial de 100 milliards de dollars après l'approbation des dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud lors du 6e sommet des BRICS à Fortaleza au Brésil en 2014. La banque a été officiellement ouverte en 2015 à Shanghai.


Record des ventes pour la journée des célibataires

12.11 Les ventes à l'occasion de la Journée des célibataires sur la plate-forme TMall ont atteint le montant de 10 milliards de yuans (environ 1,5 milliard de dollars) au cours des trois premières minutes, samedi.

En 2016, ce volume a été réalisé en six minutes et 58 secondes, selon Alibaba, propriétaire de TMall.

Le 11 novembre est devenu une journée de frénésie consumériste en ligne depuis qu'Alibaba a fait de la Journée des célibataires un événement commercial en 2009. C'est aujourd'hui un événement comparable au "Black Friday" aux Etats-Unis où la plupart des vendeurs en ligne et hors ligne offrent des promotions.

L'Américain Kevin Shepard n'était pas un partisan de l'achat en ligne avant de venir en Chine.

"C'est non seulement meilleur marché ici, mais le côté pratique et la rapidité de la livraison sont aussi difficiles à battre", a-t-il indiqué.

Le Britannique Tom Moody avait prévu d'acheter un système audio domestique. Il utilise les applications TMall et JD.com.

"Les soldes en Occident sont parfois synonymes de ventes de produits qui restent en stock et dont personne ne veut, mais le 'double 11' en Chine pulvérise de plus en plus cette idée", raconte-t-il.

"Il serait peut-être mieux de le décrire comme une fête de la consommation à l'occasion de laquelle les gens prévoient d'améliorer leur mode de vie", poursuit-il.

La société pour laquelle Tom travaille, Dyson China, a également participé à l'événement. Plusieurs produits populaires de la marque ont été proposés avec réductions attractives sur Tmall.

Le "double 11" existe non seulement en ligne en Chine, mais il a maintenant franchi les frontières et gagne aussi les commerces traditionnels. Les centres commerciaux dans l'arrondissement de Xujiahui à Shanghai ont également proposé des promotions samedi à cette occasion. Des réductions et des services particuliers étaient aussi proposés par des sociétés comme Amazon et Carrefour durant cette même journée.

Amazon a amélioré son service de livraison, tandis que Carrefour Chine a prolongé ses horaires d'ouverture, permettant aux consommateurs d'acheter avec les mêmes réductions que sur son application mobile.

Selon Alibaba, samedi à 1h00, des transactions avaient été réalisées dans 201 pays et régions, dont le Japon, les Etats-Unis, l'Australie, l'Allemagne et la République de Corée.

"Cette année, nous avons plus d'un million de vendeurs dans le monde qui ont enregistré leurs magasins sur Internet et hors ligne; nous avons déterminé 52 zones commerciales clés dans le monde et nous avons mis en fonction 30.000 centres de services dans les zones rurales en Chine pour offrir des produits de qualité aux consommateurs", a indiqué Zhang Yong, PDG d'Alibaba.

L'expansion de ce secteur concerne non seulement les vendeurs, les consommateurs et la logistique, mais aussi les ingénieurs, les concepteurs, les agriculteurs et les directeurs de production, a-t-il noté.

La nouvelle tendance de consommation et la révolution technologique change la vie de tout le monde sur la planète.













































 





































































































































































































































































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement   Culture

Asie

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html


RMB, la monnaie qui monte

Première puissance commerciale de la planète, la Chine met tout en œuvre pour transformer le RMB, sa monnaie, en une devise internationale, au même titre que le dollar et l'euro. Le mouvement est en marche, inéluctable.

Dans la rapide montée en puissance de sa monnaie, l'Empire du Milieu a trouvé un allié de poids : l'Europe. Les deux parties travaillent à présent main dans la main, animées d'une même préoccupation : se libérer de la dépendance au billet vert dans leurs échanges bilatéraux. Accord d'échanges de devises, ouverture de chambres de compensation en Europe, création de produits et services libellés en RMB, lancement du programme RQFII... : tout concourt à un usage de plus en plus fréquent de la monnaie chinoise.

À la fois enquête de terrain et guide pratique, RMB, la monnaie qui monte se propose de répondre à trois questions. Qu'est-ce que le RMB ? Sur quoi reposent les principaux enjeux de son internationalisation ? Et surtout, qu'est-il d'ores et déjà possible de faire avec une devise qui n'est que partiellement convertible ?

Aux éditions Pacifica



Vivre la Corée


Vivre la Corée est un guide pratique qui veut donner toutes les informations nécessaires à ceux qui habitent ou souhaitent habiter dans le pays.

Il a été écrit par une équipe de journalistes qui résident en Corée depuis plusieurs années. Ils ont voulu faire partager leur expérience du quotidien. Louer un appartement. Payer son téléphone. Trouver un travail, un stage, ou une université. Aller à l'hôpital. Vivre tout simplement dans l'un des pays les plus fascinants du monde.

Vous trouverez donc dans ces pages des informations pratiques, des contacts, des conseils, bien entendu, mais sans jamais oublier de vous donner nos clés de la société coréenne. Pour nous, une information doit toujours être comprise dans son contexte, dans sa culture. Dans son univers.




Stratégies d’entreprise en Chine


Richement documenté, cet ouvrage fait le point de façon équilibrée sur les opportunités et les menaces de l'environnement chinois des affaires. Les managers connaissent en effet mal les transformations récentes du pays. Sait-on par exemple que la Chine compte aujourd'hui plus de 100 parcs scientifiques et techniques et dépense plus que le Japon en R&D ? Ces dimensions prometteuses constituent autant de défis à relever pour les entreprises étrangères.


Le livre prend appui sur une grande variété de cas concrets : Carrefour, Citroën, Google, etc. À travers la trame du modèle PESTEL, il suit une logique assez chinoise dans sa construction : une première partie plutôt yang, c'est-à-dire le versant ensoleillé de la conduite des affaires en Chine et une seconde partie plutôt yin, où sont examinés les défis sociétaux que les entreprises ne peuvent ignorer.





Le Grand Livre de la Chine


Un livre de référence complet, accessible et vivant.

Ce guide dresse un panorama inédit pour rendre compte de la réalité chinoise. Il aborde successivement histoire, géographie, civilisation, pensée, vie quotidienne et économie.

Conçu conjointement par un historien et un chef d'entreprise, validé et cautionné par une équipe de sinologues, il constitue un outil unique de découverte et d'étude.


Aux éditions Eyrolles




La Chine, Bombe à retardement


La réussite de la Chine est aussi fulgurante qu'inédite. Au rythme actuel, elle pourrait même devenir la première puissance économique mondiale dès 2022. Pourtant, les stigmates d'une croissance à marche forcée s'accumulent : des villes fantômes, des faillites en cascade, des révoltes de plus en plus fréquentes, des dérives issues de la politique de l'enfant unique, des scandales alimentaires à répétition, des aéroports paralysés par la pollution...

À travers une analyse percutante, Jean-Luc Buchalet et Pierre Sabatier montrent que ces déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux pourraient déboucher sur une crise majeure dans les années à venir. C'est toute l'économie mondiale qui serait alors entraînée dans le sillage du géant asiatique. Pour saisir la menace, les auteurs décrivent la spécificité du modèle de développement chinois, avec ses contradictions et ses zones d'ombre : un "socialisme de marché" qui mêle parti unique, capitalisme débridé, corruption, contrôle des prix, plan quinquennal, concurrence féroce...

Reste à savoir si la crise de ce système sera simplement transitoire, ou mènera à son effondrement.


Aux éditons Eyrolles



 














 

A lire aussi