Tanzanie s’ouvre aux investisseurs étrangers


13.07 La 44e Foire internationale du commerce de Dar es Salaam (DITF) a officiellement ouvert ses portes vendredi dans la capitale commerciale de la Tanzanie. Le Premier ministre tanzanien Kassim Majaliwa a assisté à la cérémonie d'ouverture.

L'épidémie de COVID-19 devrait être une leçon incitant les agriculteurs et les industriels à produire plus de cultures et de produits susceptibles d'être utilisés en période d'épidémies, a déclaré M. Majaliwa lors de la cérémonie.

"Quand il y a suffisamment de stocks alimentaires et d'autres produits de première nécessité fabriqués dans les industries, cela devient un énorme soulagement lors d'une épidémie comme le COVID-19", a-t-il expliqué.

Il a remercié les 2.837 exposants locaux et 43 exposants étrangers pour leur participation à la foire en dépit des menaces du COVID-19, ajoutant toutefois que la situation en Tanzanie était presque sous contrôle.

En raison de l'épidémie de COVID-19, le nombre d'exposants étrangers à cette foire a fortement chuté à 43 contre 580 l'an dernier.

Les exposants étrangers de cette année sont venus de Chine, de Syrie, d'Inde, de Turquie, des Émirats Arabes Unis et du Ghana, a indiqué M. Majaliwa.

Le gouvernement tanzanien continue à créer un environnement propice aux affaires dans le pays, a assuré M. Majaliwa après avoir visité un certain nombre de pavillons locaux et étrangers.

La DITF est un événement promotionnel annuel majeur qui s'est imposé au fil des années comme une vitrine pour les produits tanzaniens ainsi que pour la région d'Afrique orientale, centrale et australe.

La foire, qui durera jusqu'au 13 juillet, présente des produits agricoles, des aliments et des boissons, des textiles, des vêtements, du matériel de fabrication, des matériaux de construction et des automobiles. Elle est également une plate-forme commerciale pour les produits chimiques et cosmétiques, le bois et l'ameublement, les services commerciaux, les produits d'ingénierie, les machines, les technologies de l'information, l'artisanat, le conseil et la formation.









FMI accord un financement d’urgence


22.06  Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé le versement d'un financement d'urgence à 70 pays en date de ce vendredi, alors que la pandémie de COVID-19 continue de se propager à travers le monde.

"Demain, nous prévoyons que ce nombre passera à 70, donc 70 pays soutenus par le FMI avec un financement d'urgence d'environ 25 milliards de dollars américains", a déclaré jeudi le porte-parole du FMI, Gerry Rice, lors d'un point de presse virtuel.

"Ce financement d'urgence est à décaissement très rapide, les pays reçoivent de l'argent en quelques jours, il n'est pas soumis à la conditionnalité traditionnelle du FMI", a expliqué M. Rice aux journalistes. "C'est de l'argent à dépenser pour payer des choses comme les salaires des infirmières et des médecins, et l'équipement, et l'équipement médical pour faire face à la crise", a-t-il ajouté.

Pour la région Asie et Pacifique, sept pays ont reçu un financement d'urgence totalisant environ 1,5 milliard de dollars, a précisé M. Rice, ajoutant qu'en Afrique subsaharienne, 28 pays avaient reçu un financement d'urgence pour un montant total de près de 10 milliards de dollars.

Plus de 100 pays ont demandé au FMI un financement d'urgence dans le contexte de la pandémie, et le prêteur multilatéral a déclaré plus tôt cette année qu'il avait doublé l'accès à ses mécanismes de financement d'urgence pour répondre à des demandes. Fin







Le Bénin et la pandémie


08.06 La pandémie du nouveau coronavirus a impacté négativement l'indice du chiffre des affaires (ICA) du Bénin, qui s'est contracté de 1,9% au mois d'avril par rapport au mois précédent, révèle le bulletin de synthèse conjoncturelle du mois d'avril 2020 publié samedi à Cotonou.

Selon ce bulletin réalisé par la direction générale des Affaires économiques du ministère béninois de l'Economie et des Finances, cette baisse s'est principalement portée sur le commerce (-19,7%), les activités de fabrication (-11, 2%) et les activités extractives (-40,5%).

"Cette tendance baissière de l'activité s'expliquerait entre autres par les effets négatifs de la pandémie de coronavirus sur l'économie béninoise", précise cette même source, qui souligne que l'environnement national est d'ailleurs marqué par une dégradation des principaux indicateurs conjoncturels, reflétant les effets négatifs du COVID-19 sur l'économie du pays.

Selon le site officiel du gouvernement béninois, le Bénin comptait en date du 3 juin un total de 261 cas confirmés de COVID-19, avec 107 personnes sous traitement, 151 personnes guéries et trois décès.































































































 



























































































































































.






































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient      Finance    Environnement     Culture   

Afrique

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi




Un monde enclavé par Marceloo Di Cintio

La chute du mur de Berlin a fait miroiter un monde où tous les murs tomberaient, mais jamais l’humanité n’en a érigés autant qu’aujourd’hui. Dans un reportage de terrain vivant et sensible, Un monde enclavé nous amène à la rencontre des femmes et des hommes qui vivent à l’ombre du béton armé. Du Sahara occidental, à la clôture qui sépare un quartier riche d’un quartier pauvre dans la ville de Montréal, en passant par Ceuta et Melilla, Chypre, le Bangladesh, la Palestine, l’Irlande et le Mexique, Marcello Di Cintio donne à voir l’étendue des ravages causés par la construction d’enclaves.



Chine Afrique Le Grand pillage


Depuis 20 ans, La Chine prend pied en Afrique, exploitant les ressources tout en vendant ses marchandises à bas coût. C'est une nouvelle colonisation, violemment capitaliste, à laquelle se livre la Chine sur un continent au réel potentiel de croissance. L'échange est largement perdant pour l'Afrique : pillage des richesses, nouveaux liens de dépendance, entretien de la corruption, catastrophes écologiques...


L’Algérie aujourd’hui

par Mehdi Lazar et Sidi-Mohammend Nehad



Plus de cinquante ans après son indépendance, à quoi ressemble l’Algérie d’aujourd’hui ? Essentiellement abordé sous l’angle de la colonisation et des soubresauts qui ont rythmé les années post-indépendance, le plus grand pays d’Afrique reste méconnu. S’il dispose de ressources humaines, énergétiques et financières considérables, il est cependant traversé par de nombreuses fragilités – questions régionale et linguistique, situation de la jeunesse, difficultés à diversifier l’économie – que la situation politique ne permet pas de faire évoluer. La génération de la révolution a vieilli et une jeunesse en quête de liberté et de progrès la remplace, sans malgré tout parvenir à prendre les rênes du pays. Quel sera l’avenir de l’Algérie ? Quelle position occupe-t-elle dans la construction du grand Maghreb ? Quelles relations entretient-elle avec l’Europe ? Fondé sur une analyse géopolitique, historique et géographique, L’Algérie aujourd’hui offre un éclairage inédit sur la politique étrangère et intérieure d’un pays si proche et si lointain à la fois.


Aux éditions Michalon