Les produits africains intéressent le marché chinois

12.11 "Les Chinois s'intéressent beaucoup au café rwandais et je retournerai dans un mois pour essayer de signer des contrats", se réjouit à l'avance Sosthène Kabayiza, un exposant présent à la deuxième édition de l'Exposition internationale des importations de Chine (CIIE) à Shanghai.

Séduits par l'odeur du café, pas mal de clients chinois deviennent amis sur WeChat avec celui qui est le directeur général de Damarara, un producteur rwandais de café. "Pour moi, la CIIE est une plateforme efficace de trouver des partenaires chinois", dit-il.

M. Kabayiza participe pour la première fois à la CIIE, un rendez-vous qui lui laisse entrevoir l'ouverture et les potentiels du marché chinois. Encouragé par les réactions positives des clients, il espère vendre son café en ligne en Chine "le plus tôt que possible".

Outre le café, le thé noir, l'anacarde ou encore le miel, tous des produits africains familiers sur le marché chinois, on trouve également sur les stands de la CIIE des produits qui restent peu connus en Chine, tels que la gomme arabique.

"La gomme arabique est un exsudat de sève descendante solidifié et elle est largement utilisée dans l'industrie agroalimentaire, cosmétique et autres. Mon pays, le Tchad, est l'un des pays producteurs", explique Abdoulaye Boukar aux clients intéressés par un sac de gomme arabique présent sur son stand.

Ce jeune Tchadien, qui a fait ses études universitaires à Hangzhou (est), parle chinois couramment et parie lui aussi sur les potentiels du marché chinois. En mars 2018, il a créé une société d'import-export avec son grand frère qui vit au Tchad.







Sommet Russie Afrique

28.10Lors du premier sommet Russie-Afrique, la Russie a milité pour une approche basée sur le respect et la souveraineté en Afrique, arguant que les relations commerciales avec le continent devaient être développées. Sans oublier le facteur sécuritaire.

Les 23 et 24 octobre, le président russe, Vladimir Poutine, a présidé le premier sommet Russie-Afrique à Sotchi en compagnie de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Des dizaines de dirigeants africains avaient fait le déplacement à l’instar du Premier ministre éthiopien, prix Nobel de la paix, Abiy Ahmed. Avec cet événement, le chef d'Etat russe a souhaité souligner dans les faits l'ambition de son pays concernant les relations qu'il entretient avec le continent africain.



L’Afrique: Commerce en hausse avec les régions chinoises

14.10 Le volume des échanges commerciaux de la province chinoise du Shandong (est) avec les pays africains a progressé de 7,4% en base annuelle sur les huit premiers mois de l'année pour atteindre 120,9 milliards de yuans (environ 17,1 milliards de dollars).

Selon le département provincial du commerce, les exportations du Shandong vers les pays africains ont atteint 45,7 milliards de yuans, en hausse annuelle de 15,2%, alors que les importations ont augmenté de 3,1% à 75,1 milliards de yuans sur la période janvier-août.

Les entreprises de la province ont enregistré un total de 28 projets d'investissements en provenance de pays africains, dont le Niger, le Ghana et Maurice. L'utilisation réelle des investissements étrangers s'est élevée à 48 millions de dollars, soit une hausse de 3,8% par rapport à la même période l'année dernière. Les investissements réalisés par le Shandong dans les pays africains ont atteint 13,9 milliards de dollars.







Afrique: avertissement de l’OMS


23.09 L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exprimé lundi son inquiétude face à l'insuffisance des fonds disponibles, qui a rendu les programmes d'élimination du paludisme en Afrique peu performants.

Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS, a déclaré que cette situation a amené l'Afrique à compter plus de 90% des cas de paludisme enregistrés dans le monde.

Elle s'est exprimée dans un discours lu pour elle par Nathan Bakyaita, représentant de l'OMS pour la Zambie, lors de la réunion de contrôle du paludisme en Afrique orientale et australe organisée à l'intention des responsables et autres partenaires à Lusaka, la capitale zambienne.

Selon Mme Moeti, il est nécessaire d'augmenter les fonds alloués aux programmes d'élimination du paludisme, en particulier en Afrique. La responsable de l'OMS a toutefois félicité la Zambie et l'Eswatini (ex-Swaziland) pour la mobilisation de ressources supplémentaires visant à accélérer les progrès vers l'élimination du paludisme.

Le ministre zambien de la Santé, Chitalu Chilufya, a de son côté exhorté les pays africains à prioriser et à renforcer les systèmes de santé afin d'éliminer le paludisme en faisant de la santé un investissement économique clé.

D'après lui, il est nécessaire que les pays africains mettent en place un mécanisme de financement national pour mobiliser des ressources destinées aux programmes de lutte contre le paludisme.

La réunion, qui se tient du 16 au 19 septembre, a attiré la participation de pays d'Afrique ainsi que de partenaires de coopération tels que des organismes des Nations Unies, la Fondation Bill et Melinda Gates et le Global Fund.






















































 



























































































































































.






































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient      Finance    Environnement     Culture   

Afrique

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi




Un monde enclavé par Marceloo Di Cintio

La chute du mur de Berlin a fait miroiter un monde où tous les murs tomberaient, mais jamais l’humanité n’en a érigés autant qu’aujourd’hui. Dans un reportage de terrain vivant et sensible, Un monde enclavé nous amène à la rencontre des femmes et des hommes qui vivent à l’ombre du béton armé. Du Sahara occidental, à la clôture qui sépare un quartier riche d’un quartier pauvre dans la ville de Montréal, en passant par Ceuta et Melilla, Chypre, le Bangladesh, la Palestine, l’Irlande et le Mexique, Marcello Di Cintio donne à voir l’étendue des ravages causés par la construction d’enclaves.



Chine Afrique Le Grand pillage


Depuis 20 ans, La Chine prend pied en Afrique, exploitant les ressources tout en vendant ses marchandises à bas coût. C'est une nouvelle colonisation, violemment capitaliste, à laquelle se livre la Chine sur un continent au réel potentiel de croissance. L'échange est largement perdant pour l'Afrique : pillage des richesses, nouveaux liens de dépendance, entretien de la corruption, catastrophes écologiques...


L’Algérie aujourd’hui

par Mehdi Lazar et Sidi-Mohammend Nehad



Plus de cinquante ans après son indépendance, à quoi ressemble l’Algérie d’aujourd’hui ? Essentiellement abordé sous l’angle de la colonisation et des soubresauts qui ont rythmé les années post-indépendance, le plus grand pays d’Afrique reste méconnu. S’il dispose de ressources humaines, énergétiques et financières considérables, il est cependant traversé par de nombreuses fragilités – questions régionale et linguistique, situation de la jeunesse, difficultés à diversifier l’économie – que la situation politique ne permet pas de faire évoluer. La génération de la révolution a vieilli et une jeunesse en quête de liberté et de progrès la remplace, sans malgré tout parvenir à prendre les rênes du pays. Quel sera l’avenir de l’Algérie ? Quelle position occupe-t-elle dans la construction du grand Maghreb ? Quelles relations entretient-elle avec l’Europe ? Fondé sur une analyse géopolitique, historique et géographique, L’Algérie aujourd’hui offre un éclairage inédit sur la politique étrangère et intérieure d’un pays si proche et si lointain à la fois.


Aux éditions Michalon