Le commerce intra-africain en hausse

12.02 La mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale (ZLEC) en Afrique devrait faire augmenter le commerce intra-africain de 15 %, a déclaré samedi un responsable de la Banque africaine de développement (BAD).

La mise en œuvre de la ZLEC devrait se traduire par un gain net de 2,8 milliards de dollars américains de revenu réel pour les Africains, a dit à Xinhua, dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, le directeur du département de la politique macroénomique de la BAD, Hanan Morsy.

Les pays africains peuvent contribuer à la mise en œuvre de la ZLEC en adoptant des législations nationales qui éliminent les droits de douane bilatéraux, en levant les obstacles non commerciaux pesant sur les biens et les services, en ouvrant leurs espaces aériens aux compagnies aériennes africaines et en autorisant la libre circulation des personnes au-delà des frontières.

Selon l'Union africaine (UA), 22 ratifications sont nécessaires pour que la ZLEC entre en vigueur, ce qui contribuera à établir la plus grande zone de libre-échange créée dans le monde au cours de ces dernières années.







Le Niger en danger


04.02 Le gouvernement nigérien a appelé vendredi la communauté internationale à fournir une aide de 648 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires de 1,6 million de personnes en difficultés alimentaires cette année au Niger, apprend-on de source officielle samedi à Niamey.

L'appel a été lancé par le Premier ministre nigérien Brigi Rafini au cours de la cérémonie du lancement à Niamey du Plan de réponse humanitaire pour le Niger 2019, en présence des partenaires techniques et financiers du Niger et les agences humanitaires internationales.

"Pour répondre aux besoins humanitaires de 1,6 million de personnes ciblées sur une population dans le besoin estimée à 2,3 millions, cette année, la mise en oeuvre de la réponse humanitaire globale nécessite la mobilisation des ressources de l'ordre de 648 millions de dollars", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a jugé ce Plan de réponse humanitaire particulièrement important pour le Niger "dans un contexte marqué d'une part par la persistance de l'insécurité à certaines de nos frontières, et dans le lit du Lac Tchad, et d'autre part par la poursuite des mouvements de populations dans certaines localités du fait de l'insécurité, dont les conséquences se font sentir sur l'état nutritionnel des populations notamment leur frange la plus vulnérable à savoir les femmes et les enfants, avec de forts impacts négatifs sur l'éducation et la santé".

M. Rafini a relevé que cette année encore, "les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri seront au coeur des priorités du gouvernement, où la situation humanitaire demeure encore une préoccupation de premier ordre au regard du nombre des personnes qui sont dans le besoin, en dépit des progrès significatifs enregistrés dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, au cours de l'année 2018".

A cela s'ajoutent les inondations enregistrées, ces derniers jours, dans les localités riveraines du fleuve Niger accroissent la vulnérabilité des populations et la fragilité de l'écosystème, a-t-il indiqué.

"Il y a donc urgence à agir pour secourir ces populations, et leur offrir un environnement qui favorise leur résilience", a-t-il précisé, appelant à une coordination effective et une complémentarité agissante entre les différents intervenants de la chaîne humanitaire.





Le Niger multiplie les réformes

14.01 Le gouvernement nigérien, à travers ses ministères en charge des divers niveaux d'enseignement, a entrepris depuis quelques années une vaste opération d'assainissement de son secteur éducatif par la multiplication de mesures visant à réaliser sa promesse de redonner à l'école nigérienne tout son prestige d'antan. Cette politique de réforme a concerné d'abord le secteur de l'Enseignement primaire, où une étude diligentée début 2017 par les autorités a révélé le niveau catastrophique notamment des enseignants contractuels. Cette situation a amené le ministre de tutelle, Daouda Mallam Marthé, à organiser une évaluation du niveau de 60.000 enseignants contractuels sur les 82.000 que comptait le pays pour, selon ses propos, "mettre de l'ordre dans le système éducatif nigérien".






L’Afrique sur les traces de la Chine


13.01 Selon un expert qui s'est exprimé vendredi, la Zambie et les autres pays africains devraient s'inspirer des investissements de la Chine dans la technologie, l'innovation et la recherche.

Stephen Manchishi, un bioscientifique, a souligné que les investissements de la Chine dans la technologie, l'innovation et la recherche avait permis de sortir de la pauvreté des millions de ses citoyens.

M. Manchishi, qui est également ambassadeur du Next Einstein Forum, a déclaré que la longue histoire de la Chine en matière de science et de dévouement envers l'innovation avait fait de la nation asiatique un géant mondial de l'économie.

La Chine, a-t-il dit, a non seulement investi dans l'éducation en général, mais plus particulièrement dans les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques, ainsi que dans la recherche et le développement, ce que les autres pays en développement d'Afrique devraient imiter.

Selon M. Manchishi, ces investissements ont eu pour résultat qu'une énorme quantité de résultats de recherche novateurs publiés dans les plus grandes revues à comité de lecture proviennent actuellement de Chine.

"Une grande partie de l'ingéniosité et de la production technologique observées en Chine aujourd'hui résultent d'investissements dans les sciences, la technologie, l'ingénierie, les mathématiques et l'éducation", a-t-il souligné.

Stephen Manchishi, qui a fait ses études de troisième cycle en sciences biologiques à l'Université normale du Nord-Est de Chine, a déclaré que tout au long des décennies, la Chine avait continué à investir davantage dans l'éducation, avec une croissance parallèle dans la recherche, le développement et l'innovation au niveau local.

D'après lui, les Chinois sont compétitifs et innovants et sont toujours en concurrence pour se simplifier la vie, ainsi que pour le reste du monde.

Il a en conséquence imploré les Zambiens de s'inspirer de la culture du travail chinoise pour innover et d'y participer pleinement.









 



























































































































































.






































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient      Finance    Environnement     Culture   

Afrique

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi




Un monde enclavé par Marceloo Di Cintio

La chute du mur de Berlin a fait miroiter un monde où tous les murs tomberaient, mais jamais l’humanité n’en a érigés autant qu’aujourd’hui. Dans un reportage de terrain vivant et sensible, Un monde enclavé nous amène à la rencontre des femmes et des hommes qui vivent à l’ombre du béton armé. Du Sahara occidental, à la clôture qui sépare un quartier riche d’un quartier pauvre dans la ville de Montréal, en passant par Ceuta et Melilla, Chypre, le Bangladesh, la Palestine, l’Irlande et le Mexique, Marcello Di Cintio donne à voir l’étendue des ravages causés par la construction d’enclaves.



Chine Afrique Le Grand pillage


Depuis 20 ans, La Chine prend pied en Afrique, exploitant les ressources tout en vendant ses marchandises à bas coût. C'est une nouvelle colonisation, violemment capitaliste, à laquelle se livre la Chine sur un continent au réel potentiel de croissance. L'échange est largement perdant pour l'Afrique : pillage des richesses, nouveaux liens de dépendance, entretien de la corruption, catastrophes écologiques...


L’Algérie aujourd’hui

par Mehdi Lazar et Sidi-Mohammend Nehad



Plus de cinquante ans après son indépendance, à quoi ressemble l’Algérie d’aujourd’hui ? Essentiellement abordé sous l’angle de la colonisation et des soubresauts qui ont rythmé les années post-indépendance, le plus grand pays d’Afrique reste méconnu. S’il dispose de ressources humaines, énergétiques et financières considérables, il est cependant traversé par de nombreuses fragilités – questions régionale et linguistique, situation de la jeunesse, difficultés à diversifier l’économie – que la situation politique ne permet pas de faire évoluer. La génération de la révolution a vieilli et une jeunesse en quête de liberté et de progrès la remplace, sans malgré tout parvenir à prendre les rênes du pays. Quel sera l’avenir de l’Algérie ? Quelle position occupe-t-elle dans la construction du grand Maghreb ? Quelles relations entretient-elle avec l’Europe ? Fondé sur une analyse géopolitique, historique et géographique, L’Algérie aujourd’hui offre un éclairage inédit sur la politique étrangère et intérieure d’un pays si proche et si lointain à la fois.


Aux éditions Michalon