L’UE et le Japon signent un accord de libre-échange

01.08 Le Premier ministre japonais Shinzo Abe et les leaders de l'Union européenne (UE) ont signé mardi un accord de libre-échange supprimant les droits de douane sur la majorité de leurs produits afin de promouvoir le commerce bilatéral.

Lors de son entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen Donald Tusk, M. Abe a qualifié cet accord de "réalisation historique" en louant les vertus du libre-échange contre le protectionnisme.

Les propos de M. Abe auraient envoyé un message fort contre les politiques commerciales protectionnistes soutenues par le président américain Donald Trump, qui a imposé au Japon et à l'UE des tarifs douaniers respectivement de 25% et de 10% sur les exportations d'acier et d'aluminium.

Cet accord, qui entrera en vigueur en mars 2019, supprimera les droits de douane japonais sur 94% des produits importés européens. Les pays européens les élimineront à leur tour sur 99% des marchandises en provenance du Japon.

En vertu de cet accord, les taxes d'importations pour les télévisions et les voitures japonaises seront respectivement éliminées en 2025 et en 2027 par l'UE.

Ce pacte entre Tokyo et Bruxelles permettra de créer un des plus grands blocs économiques du monde avec un PIB équivalent à environ 30% du total mondial, selon les prévisions des économistes.

Les deux parties ont également signé un accord de partenariat stratégique qui vise à approfondir la coopération bilatérale dans divers secteurs dont la sécurité, la lutte contre la cybercriminalité et le changement climatique.




L’UE sanctionne Google

23.07 La Commission européenne va infliger à Google une amende de 4,3 milliards d'euros (environ 5 milliards de dollars) pour monopole avec son système d'exploitation Android, alléguant qu'il viole les règles de concurrence de l'Union européenne (UE), a annoncé mercredi la Commission européenne.

"La Commission européenne a infligé une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour avoir enfreint les règles de l'UE sur les ententes. Depuis 2011, Google a imposé des restrictions illégales aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de téléphonie mobile afin de renforcer sa position dominante dans les recherches Internet en général", a détaillé la Commission dans un communiqué.

"Google a utilisé Android comme un moyen de renforcer la domination de son moteur de recherche. Ces pratiques ont privé ses rivaux d'une occasion d'innover et de lui faire concurrence sur la base de leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des bénéfices d'une concurrence réelle dans la grande sphère mobile. C'est illégal selon les règles antitrusts de l'UE", a déclaré Margrethe Vestager, la commissaire européenne en charge de la politique concurrentielle.

La Commission souhaite dorénavant que Google mette réellement en application ces règles sous 90 jours, faute de quoi le groupe devra payer des pénalités à hauteur de jusqu'à 5% du chiffre d'affaires journalier mondial d'Alphabet, la société mère de Google.


L’UE baisse ses prévisions de croissance

16.07 La Commission européenne a annoncé jeudi avoir révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2018 en raison des facteurs extérieurs tels que les tensions commerciales provoquées par les Etats-Unis et les prix élevés du pétrole.

Les prévisions intérimaires d'été de la Commission tablent désormais sur une croissance cette année à 2,1%, soit 0,2 point de moins que dans ses prévisions de printemps.

"La légère révision à la baisse par rapport au printemps reflète l'impact des tensions commerciales et de l'incertitude politique sur la confiance et la hausse des prix de l'énergie", a expliqué Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières.

Le rythme de la croissance devrait quelque peu se renforcer au deuxième semestre, car les conditions du marché du travail s'améliorent, la dette des ménages baisse, la confiance des consommateurs reste élevée et la politique monétaire poursuit son rôle de soutien, a indiqué la Commission.



L’Europe taxe les produits américains

18.06 En réponse à la décision prise par les États-Unis d'imposer des droits de douane sur les exportations européennes d'acier et d'aluminium, le collège des commissaires de l'UE a approuvé mercredi la décision d'imposer des droits supplémentaires sur la liste complète des produits américains notifiés à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Cecilia Malmström, commissaire chargée du commerce, a déclaré mercredi : "C'est une réponse mesurée et proportionnée à la décision unilatérale et illégale prise par les États-Unis d'imposer des droits de douane sur les exportations européennes d'acier et d'aluminium. Nous regrettons que les États-Unis ne nous aient laissé d'autre choix que de sauvegarder les intérêts de l'UE".

La Commission Européenne prévoit de conclure la procédure adéquate en coordination avec les États membres avant fin juin afin que les nouveaux droits commencent à s'appliquer en juillet.

L'application des droits de rééquilibrage est entièrement conforme aux règles de l'OMC et correspond à une liste de produits précédemment notifiés à l'OMC. L'accord de l'OMC sur les sauvegardes autorise un rééquilibrage correspondant aux dommages causés par les mesures américaines sur des exportations européennes d'une valeur de 6,4 milliards d'euros (2017).

L'UE exercera donc immédiatement ses droits sur des produits américains évalués à 2,8 milliards d'euros d'échanges. Le rééquilibrage sur les 3,6 milliards d'euros restants aura lieu à un stade ultérieur - dans trois ans ou après une conclusion positive dans le cadre du règlement des différends de l'OMC.

L'imposition de droits de rééquilibrage sur une liste de produits américains sélectionnés fait partie de la réponse à trois volets définie par la Commission européenne, à savoir le lancement de procédures judiciaires contre les États-Unis à l'OMC (le 1er juin) et le déclenchement éventuel de mesures de sauvegarde visant à protéger le marché européen contre les perturbations causées par le détournement de son acier du marché américain.

À ce sujet, une enquête a été ouverte le 26 mars et la Commission dispose de neuf mois pour décider de la nécessité des mesures de sauvegarde. Si l'enquête confirme la nécessité d'une action rapide, une telle décision pourrait être prise avant l'été.

En ce qui concerne l'aluminium, la Commission a mis en place un système de surveillance des importations à préparer en cas d'intervention dans ce secteur.

Le 7 mars, le Collège des commissaires a décidé que la Commission devait continuer à collaborer avec les États-Unis sur d'autres processus liés au commerce. Une réunion trilatérale avec les États-Unis et le Japon a eu lieu le 31 mai à Paris, au cours de laquelle des progrès ont été accomplis pour s'attaquer à certaines causes profondes des tensions actuelles dans le système commercial, notamment les pratiques de distorsion des échanges chinoises.






















 











































































































































































































































































































 







































































.






















































































































































Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement Culture  

Europe

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi



Boite à outil professionnel

L’accompagnement, c’est un mot «  valise  » utilisé pour évoquer des situations différentes. Il exige de connaître les pratiques existantes et les postures spécifiques  à exercer en fonction des demandes et des contextes. Toute personne en situation professionnelle doit pouvoir se faire accompagner afin d’actualiser son potentiel de développement, surmonter des obstacles, traiter des difficultés de progression, atteindre des objectifs de création d’une nouvelle activité ou encore mieux comprendre les comportements humains nécessaires face aux changements inéluctables  que vivent toutes les organisations. Ce livre développe tous les outils et méthodes pour donner, en fonction de la demande, du sens, une direction et une raison d’être à l’accompagné.





The  Four par scott Galloway

Amazon, Apple, Facebook et Google sont les quatre entreprises les plus influentes de la planète. Tout le monde croit savoir comment ils sont arrivés là. Mais tout le monde se trompe. En dépit de tout ce qui a été écrit sur les Quatre ces deux dernières décennies, personne n’a été aussi loin dans l’analyse de leur pouvoir et de leur succès que Scott Galloway. Plutôt que d’adhérer aux mythes construits par ces compagnies, Galloway se pose les véritables questions.



Se faire connaître des réseaux sociaux


«  Une image vaut mille mots  », cette citation de Confucius est souvent utilisée pour montrer la place de plus en plus grande que les photos et les vidéos prennent dans la communication des entreprises. Ce livre fait le point sur l’intérêt des médias sociaux visuels majeurs (Instagram, YouTube, Snapchat, Pinterest) et vous permet de comprendre comment les utiliser efficacement pour atteindre vos objectifs. A la fois concret et pratique, il offre les clés pour déployer votre présence et créer un contenu visuel efficace avec peu ou pas de budget.




Antropologie économique par Bourdieu

La révolution qui conduit de l’économie du don caractéristique de la plupart des sociétés précapitalistes à l’économie du donnant-donnant des sociétés modernes s’est-elle étendue à tous les domaines de l’existence



Start-Up

Créer une entreprise innovante, n'est-ce  pas là le projet de nombreuses personnes aujourd'hui, qu'elles soient ou non salariées ? L'objet du livre est de synthétiser les idées fortes liées au processus entrepreneurial, et de développer un regard original et stimulant sur la démarche de création d'entreprise. Il est organisé en chapitres thématiques consultables dans l'ordre ou le désordre. Il se distingue des ouvrages existants qui se concentrent sur 2 approches : le partage d'expérience (success stories) ou le manuel pratique (créez votre entreprise en X étapes). Bruno Martinaud traite en effet de l'esprit entrepreneurial, sous l'angle des principes, des concepts et références clés à connaître - tout en offrant au final une méthodologie aisément applicable.




Le BUT


Cette édition du best seller mondial Le But s'ouvre sur un texte inédit signé Eliyahu M. Goldratt. Peu avant son décès en 2011, l'auteur a voulu donner un éclairage nouveau et décisif sur les conditions de réussite de la mise en oeuvre de sa célèbre Théorie des Contraintes. Dans ce texte, "Debout sur les épaules des géants", il explique que toutes les entreprises sont différentes, et que c'est sur les règles sous-jacentes à l'environnement de l'entreprise qu'il faut s'appuyer pour relever le défi du progrès permanent. Les cinq millions de lecteurs qui ont lu Le But savent que ce roman remet en cause tout ce que nous avons appris en matière de gestion et place au centre de son intrigue la recherche permanente de progrès et d'équilibre.


Comment être un mauvais manager?


Adoptant le parti pris de ce qu'il faut faire pour être un mauvais manager, Jacques-Antoine Malarewicz utilise cette posture inversée pour souligner les travers que nous adoptons trop souvent, principalement parce que nous sommes peu, ou mal, formés à la communication.Il passe ainsi en revue ces attitudes à ne surtout pas suivre:- Croire en une forme idéale de management-




La France des inégalités


Les Français ressentent leur société comme très injuste et inégalitaire et cette impression est amplement partagée par la plupart d’entre eux, quel que soit le statut social. Le sentiment d’injustice personnelle et plus encore le sentiment d’exclusion sont en revanche nettement plus corrélés à la position sociale. Les deux registres sont ainsi assez largement dissociés : le sentiment d’injustice de la société n’est pas alimenté par le sentiment d’être soi-même traité injustement.

Le présent ouvrage explore en profondeur les différentes facettes des sentiments d’injustice et de discrimination dans la société. Il met en lumière certains effets rarement analysés, comme ceux qui sont liés à la composition des ménages, à diverses séquences du cycle de vie (comme la vie solitaire) ou à la survenue d’évènements contraires (licenciements, maladies, décès de proches…) dans les itinéraires personnels.




50 idées reçues sur l’état du monde


« L’Allemagne domine l’Europe », « Il y a de plus en plus de guerres », « L’islam est incompatible avec la démocratie », « Barack Obama a affaibli les États-Unis ». Elles traînent dans la presse, sur Internet, parfois vraies mais souvent fausses, les idées reçues sont partout. Même pour parler d’un monde que l’on sait complexe, on peine à s’en défaire !

En expert reconnu des relations internationales, Pascal Boniface s’amuse à répertorier ce prêt-à-penser-le-monde, ces certitudes souvent hexagonales qui nous abusent. Il les confronte à la réalité pour mieux les faire voler en éclats.

De ce regard juste et averti un autre monde émerge, le nôtre, qu’il nous reste encore à découvrir.




L’économie décomplexée


Toute chose peut être mesurée par la monnaie." Aristote

L'économie est-elle une science exacte ? Peut-elle prévoir les crises financières ? Qui a inventé l'économie ? Quelles sont ses sources ? Comment peut-elle nous aider dans notre quotidien ?

L'économie décomplexée offre un aperçu synthétique, décalé et original des apports des grands économistes du monde occidental.

Retrouvez, expliquées sous forme de BD pour plus de convivialité et de pédagogie, les thèses des célèbres penseurs tels que Adam Smith, Karl Marx, John Maynard Keynes, ainsi que les notions et concepts clés expliqués et définis de manière simple et concrète sous un angle original et ludique.





Principes d’économie moderne


Profondément remaniée, cette nouvelle édition présente les avancées les plus récentes de la science économique à l'aide d'exposés simples assortis d'une analyse rigoureuse. Elle offre une version numérique, enrichie de nombreux compléments pédagogiques