Usa: guerre commerciale contre la Chine

02.04 La Chine a exhorté jeudi les Etats-Unis à abandonner l'unilatéralisme et le protectionnisme et à adopter la voie du dialogue et des consultations pour traiter les désaccords.

Le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng, s'est ainsi exprimé en réponse à la décision américaine d'allonger à 60 jours, contre 30 précédemment, la période durant laquelle le public est invité à commenter l'imposition de droits de douane sur les produits chinois.

"La Chine est toujours ouverte aux négociations", a indiqué M. Gao, en insistant sur les principes d'égalité, de bonne volonté et d'équilibre qui nécessitent des efforts conjoints.

Jeudi dernier, le président américain Donald Trump a signé un mémorandum imposant des droits de douane sur des importations d'un montant de 50 milliards de dollars en provenance de Chine et des restrictions sur les investissements chinois aux Etats-Unis.

Le mémorandum est basé sur une enquête au titre de la Section 301 lancée par l'administration de M. Trump en août 2017. L'enquête en question vise les pratiques chinoises présumées en matière de propriété intellectuelle et de transfert de technologies.


Brésil: futur géant du gaz naturel


02.04 La compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras a annoncé jeudi qu'elle construirait la plus grande usine de traitement de gaz naturel du pays à Itaborai, ville située à environ 50 km à l'est de Rio de Janeiro.

Petrobras a annoncé avoir signé un contrat d'une valeur de 1,95 milliard de réaux (590 millions de dollars) avec une coentreprise composée du groupe pétrolier chinois Shandong Kerui et de la société d'ingénierie brésilienne Metodo Potencial.

"Ce site de traitement du gaz sera le plus grand du pays, avec une capacité de traitement s'élevant à 21 millions de mètres cubes par jour", a déclaré Petrobras dans un communiqué.

Les travaux de construction de l'usine démarreront au premier semestre de 2018 et l'usine entrera en service à la seconde moitié de 2020, a-t-elle précisé.

Selon Petrobras, l'usine traitera du gaz naturel produit dans des champs offshore pré-salins, dans les eaux profondes de l'Atlantique du bassin de Santos.

"Ce projet permettra d'accroître considérablement les installations pour (...) le traitement du gaz de la couche pré-saline, qui passera de 23 millions à 44 millions de mètres cubes par jour et contribuera à réduire le besoin (du Brésil) d'importer du gaz naturel", précise le communiqué.











Taxes américaines: l’UE fait front


 19.03 Les eurodéputés, réunis mercredi en session plénière à Strasbourg, ont condamné, lors d'un débat, la décision du président américain Donald Trump d'augmenter les droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium qu'ils jugent injustifiée.

Malgré les mises en garde des partenaires des Etats-Unis, M. Trump a formalisé jeudi dernier sa décision d'imposer des taxes à l'importation de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium qui doivent entrer en vigueur d'ici une dizaine de jours.

Washington a toutefois choisi d'en exempter le Canada et le Mexique, afin de les pousser à faire des concessions dans la renégociation de l'Aléna (Accord de libre-échange nord-américain).

Dans ce contexte de crainte d'une guerre commerciale, la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, et le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen se sont déplacés à Strasbourg pour débattre avec les eurodéputés des conséquences de cette décision et de la riposte à adopter.

"Cette décision américaine ne se base pas sur des éléments de sécurité nationale, c'est une mesure de sauvegarde", a affirmé Cecilia Malmström. L'UE ne souhaite pas d'escalade, a-t-elle répété dans l'hémicycle strasbourgeois, mais si les exportations de l'UE ne sont pas exclues du champ d'application des mesures américaines, une "réponse ferme mais proportionnée" devrait être adoptée.

Le vice-président de la Commission européenne, Jyri Katainen, a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'UE, en tant qu'alliée stratégique, soit exclue des droits de douane, ses exportations ne nuisant pas aux États-Unis.

La Commission européenne continue à privilégier les procédures au sein de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), ont expliqué les deux commissaires. "Mais les procédures OMC prennent du temps, c'est pourquoi nous envisageons des mesures beaucoup plus immédiates", a souligné Cecilia Malmström.

Le directeur général de l'OMC, Roberto Azevêdo, a mis en garde lundi contre le risque d'une escalade de "représailles" commerciales, dont personne, selon lui, ne sortirait gagnant.

Lors du débat en plénière mercredi, les eurodéputés ont massivement soutenu la position de la Commission européenne. La majeure partie d'eux s'est exprimée en faveur de la recherche d'une solution pacifique avec Washington tout en insistant sur la défense des intérêts européens.

"Le signal dont nous avons besoin, c'est que le Parlement européen soutient pleinement la Commission, nous avons besoin d'être en rangs serrés", a déclaré le chef de groupe du Parti populaire européenne (PPE/droite), l'Allemand Manfred Weber.

Au nom du groupe Socialistes et Démocrates (S&D), son compatriote Bernd Lange a lui aussi estimé qu'il fallait "envoyer un message très, très clair". "C'est pourquoi nous soutenons les mesures de la Commission", a-t-il dit. Avant d'insister: "Il est inconcevable que pour des raisons de politique intérieure pure, on viole les règles de droit international".

Pour les Verts, l'écologiste français Yannick Jadot est monté au créneau, estimant que "Trump veut s'exonérer des règles communes, et c'est un danger pour nous tous, qui nous oblige à une réaction ferme". "Il faut que la réaction européenne soit à la hauteur du préjudice subi", a-t-il plaidé.

De nombreux orateurs ont souligné la nécessité de maintenir toutes les options possibles, au cas où le dialogue échouerait, et ont exprimé leur soutien aux éventuelles contre-mesures annoncées par la Commission européenne la semaine dernière. La réponse de l'UE doit être ferme mais proportionnée et rester conforme au droit international, ont-ils jugé.

La contre-mesure la plus immédiate évoquée par l'UE consisterait à lourdement taxer certains produits américains emblématiques comme les jeans, les motos de grosse cylindrée et le beurre de cacahuète. Elle envisage également de mettre en oeuvre des mesures dites "de sauvegarde" pour protéger son industrie des importations étrangères d'acier et d'aluminium.

Plusieurs eurodéputés ont mis en garde contre les requêtes d'exemptions individuelles provenant des États membres de l'UE en appelant à l'unité européenne et à la coopération avec d'autres pays concernés pour dire non au protectionnisme.

Dans les rangs de l'extrême droite, des parlementaires ont estimé que la décision du président Trump pour protéger les travailleurs américains du secteur de la sidérurgie était "légitime".

La lutte commune contre les causes de la surcapacité sidérurgique mondiale a également été évoquée dans l'hémicycle strasbourgeois.






La guerre commerciale contre l’UE


11/03 Il n'y a pas de clarification immédiate concernant l'exacte procédure américaine d'exemption des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, et les discussions se poursuivront la semaine prochaine, a tweeté samedi la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, au terme d'une rencontre trilatérale avec ses homologues américain et japonais, à Bruxelles.

"En tant que proche partenaire des États-Unis dans le domaine de la sécurité et du commerce, l'Union européenne (UE) doit être exclue des mesures annoncées. Aucune clarification immédiate n'a cependant été apportée concernant l'exacte procédure américaine d'exemption des tarifs douaniers et par conséquent, les discussions se poursuivront la semaine prochaine," a-t-elle tweeté.

"L'UE, le Japon et les États-Unis sont convenus d'aller plus loin dans leur coopération visant à faire face à des pratiques faussant les échanges commerciaux dans des secteurs tels que l'acier. Des règles pus strictes en matière de subventions industrielles, etc.," a-t-elle ajouté.

Aux pourparlers trilatéraux entre Mme Malmström, le ministre japonais de l'Économie, du commerce et de l'industrie, Hiroshige Seko, et le représentant des États-Unis pour le commerce, Robert Lighthizer, a succédé une rencontre bilatérale entre Mme Malmström et M. Lighthizer.

"J'ai eu une discussion franche avec la partie américaine concernant la question pendante des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium," a-t-elle déclaré.

Les ministres sont convenus de se rencontrer de nouveau en marge de la réunion ministérielle de l'OCDE, à Paris, pour discuter des questions relatives aux surcapacités.

Jeudi, le président des États-Unis, Donald Trump, a officiellement signé les proclamations imposant des tarifs douaniers de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur les importations d'aluminium. Des exemptions initiales concerneront le Canada et le Mexique, et d'autres pays pourraient également être exemptés au terme de négociations.

L'Union européenne (UE) a menacé, si elle est incluse dans ces tarifs, de prendre des mesures visant à riposter et a préparé une liste de produits - notamment le jus d'orange, le bourbon, les canneberges, le beurre de cacahouètes, etc. - sur lesquels elle pourrait, le cas échéant, imposer des droits équivalents.

Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, a déclaré vendredi que si le pire des scénarios se réalise, l'UE est prête à traduire les États-Unis devant la cour de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).







Usa: protectionnisme sur l’acier


Un responsable du ministère chinois du Commerce a indiqué vendredi que la récente décision américaine d'imposer des droits de douane sur les produits en acier et en aluminium importés aurait "un énorme impact sur l'ordre normal du commerce international".

Le président américain, Donald Trump, a annoncé jeudi que les Etats-Unis étaient déterminés à imposer des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium pour protéger leurs industries nationales, citant des préoccupations de sécurité nationale.

"Les produits en acier et en aluminium importés par les Etats-Unis sont des produits d'entrée et de milieu de gamme à usage civil et ne portent aucunement atteinte à leur sécurité nationale", a souligné Wang Hejun, directeur du bureau des enquêtes et des recours commerciaux du ministère, dans un communiqué.

Cette décision "nuit gravement aux mécanismes du commerce multilatéral représentés par l'OMC et aura certainement un énorme impact sur l'ordre normal du commerce international", a déclaré M. Wang. "Ces possibles mesures américaines ont déjà fait l'objet de l'opposition de l'Union européenne, du Canada, du Brésil, de la République de Corée et d'autres pays et régions, et certaines associations industrielles américaines ont également exprimé leur mécontentement".

"Si les mesures américaines définitives nuisent aux intérêts chinois, la Chine travaillera avec les autres pays affectés afin d'adopter des mesures pour sauvegarder ses propres droits et intérêts", a expliqué M. Wang. "Nous espérons que la partie américaine respectera l'autorité du système commercial multilatéral, oeuvrera avec d'autres pays pour maintenir l'ordre normal du commerce mondial et consolidera les fondements de la reprise économique mondiale".

































































































 


























































































































































































































































































































































































Amériques

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi


La mondialisation, une utopie morte


L’ empire américain a façonné ainsi le monde, mais a fragilisé les États. Il a coopté les élites au détriment du reste des populations qui ont vu les inégalités se creuser, ce qui a tracé au coeur des nations – y compris aux États-Unis ! – une frontière économique entre les gagnants et les perdants du système.




L’indépendance financière par Raphaël Carteni

Né en 1993 à Epernay, Raphaël Carteni a grandi avec sa soeur dans une famille, ni pauvre, ni riche, ne manquant de rien. Après un baccalauréat scientifique, il décide de poursuivre des études de médecine et en fera cinq années avant d’arrêter. La découverte progressive du monde hospitalier, et plus largement adulte, lui a fait réaliser pourquoi tant de personnes sont victimes de burn-out et de dépressions.




Métamorphose des managers

Comment manager à l'ère du numérique et de l'intelligence artificielle ? Cécile Dejoux et Emmanuelle Léon ont écrit cet ouvrage visionnaire, animées par l'envie d'aider les managers à trouver leur place et à redéfinir leur rôle dans ce nouvel environnement.




Les Bases du Hacking par Patrick Engebreton

Les bases du hacking est un ouvrage d'introduction aux techniques de tests de pénétration et de préparation au hacking éthique.

Vous apprendrez à utiliser et interpréter les résultats des outils modernes du hacking utilisés pour réaliser des pentests : BackTrack Linux, Google, Whois, Nmap, Nessus, Metasploit, Netcat, Netbus, et plus encore.






Toute la verité sur la malhonnêté par Dan Ariely


Avec l’élection de Donald Trump, le monde a découvert avec stupéfaction le phénomène de post-vérité, ou « vérité alternative ». Or les « fake news » ne sont que l’arbre qui cache la forêt. On peut en effet parler de banalisation de la malhonnêteté. Car, ainsi que le prouve Dan Ariely, on ment à tout le monde, à commencer par soi-même. En s’appuyant sur des expériences ayant impliqué 50 000 individus, il nous éclaire sur les mécanismes fondamentaux qui nous conduisent à nous arranger en permanence avec la réalité. Depuis la salle de classe jusqu’à son lieu de travail, dans le monde politique comme dans le champ économique, personne n’est indemne : du pieux mensonge pour s’éviter une discussion houleuse avec son conjoint aux notes de frais gonflées… Dan Ariely démontre qu’il est plus facile de mentir sur certains sujets que sur d’autres, que le fait d’être démasqué compte finalement assez peu face à la possibilité de tirer le meilleur parti d’une situation, que le fonctionnement des entreprises favorise les comportements déloyaux. Tout cela nous affecte car, quel que soit le degré d’exigence éthique que l’on se fixe, la malhonnêteté est contagieuse : en devenant insensibles aux petits mensonges et en les multipliant, nous contribuons tous à l’ère de post-vérité dans laquelle nous vivons.


L’année stratégique 2018

L’élection de Donald Trump a semblé constituer le paroxysme de l’incertitude qui caractérise les relations internationales. Économiques, stratégiques, militaires, énergétiques, environnementales, ses implications dépassent largement le cadre de l’Amérique. Les cartes du jeu international sont-elles, pour autant, rebattues ? Dans quelle mesure d’autres acteurs se trouvent-ils renforcés, Chine et Russie en tête ? Déjà confrontée à des contestations aux aspects désormais bien concrets, l’Union européenne devra faire en sorte de prendre en main son futur. Le Moyen-Orient et le Maghreb apparaissent, eux, sans boussole, alors que l’Afrique offre de plus en plus le visage d’un continent pluriel. L’Année stratégique 2018 revient sur ces développements et évalue leurs évolutions potentielles.




Made in Silicon Valley

Pour quiconque s'intéresse à l'entrepreneuriat, les États-Unis sont un lieu mythique : Quels enseignements l'innovation et les entreprises en France peuvent-elles en tirer ? Quelles sont les ubérisations possibles de nos entreprises ? De quoi peuvent s'inspirer les dirigeants d'entreprise pour assurer leur transformation digitale ? Quelles sont les bonnes pratiques transposables ? Depuis la Silicon Valley, mais aussi à New York, Seattle, Dallas. David Fayon a mené une enquête pour comprendre les raisons de la suprématie de l'Amérique du Nord dans le numérique sur l'ensemble de la chaîne de valeur : matériel, logiciel, données.


L’avenir de notre liberté

Ce livre est un plaidoyer pour le progrès. Il nous fait pénétrer dans l'univers des nouvelles technologies, ses exceptionnelles perspectives et ses risques.

On évoque aujourd'hui beaucoup le numérique, à juste titre, mais bien d'autres domaines scientifiques sont concernés, la génétique, l'énergie, les nano-technologies. Peut-être notre liberté est-elle en danger : les dirigeants de ces grandes entreprises technologiques veulent définir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies à venir.

Il s'agit donc d'éviter que les entreprises imposent leurs choix au monde, au détriment des puissances publiques, dans tous les domaines de notre vie sociale et privée.

Une première question parmi bien d'autres émerge : faut-il démanteler Google et les autres GAFA ?


L’intégrisme économique par Eric Berr

Pourquoi continue-t-on de promouvoir les recettes économiques néo-libérales alors que près de 40 ans d’application ont montré leurs effets pervers : multiplication des crises financières ; explosion des inégalités combinée à une hausse de la précarité et de la pauvreté qui fragilisent la cohésion sociale ; dégradations environnementales toujours plus importantes, etc. ? 

Et si, derrière cette rhétorique de façade, l’objectif n’était pas de servir l’intérêt général mais celui d’une minorité…



Du pacifisme en Amérique par Ambre Ivol


À l’heure où la violence sociale nous submerge, il est urgent de rappeler que d’autres pratiques collectives ont su peser sur le cours de l’histoire. Aux États-Unis, la culture de la non-violence a pris des formes multiples, portée par des regroupements religieux ou d’inspiration socialiste.

Des personnalités atypiques ont revendiqué l’héritage pacifiste. Howard Zinn est l’une de ces figures étonnantes. Connu pour sa grande fresque des luttes sociales, A People’s History of the United States, cet historien a rejoint les rangs de la contestation anti-guerre au moment du Vietnam. Sa propre participation à la libération de l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale prend un sens inattendu lorsqu’il découvre l’horreur des bombardements au napalm... À la lumière du parcours exceptionnel de cet intellectuel de gauche, d’autres trajectoires de vie apparaissent, issues de sa génération et des suivantes, et dont l’activisme a durablement influencé la culture progressiste américaine.



Capitalisme par Joyce Appleby



Une formidable plongé dans l’histoire du capitalisme raconté avec érudition et simplicité par une Joyce Appleby, historienne des idées.

Quand et où le capitalisme est-il né ? Est-il le fruit de circonstances favorables ou a-t-il émergé grâce à la volonté des hommes ? Relève-t-il de la marche inéluctable vers un progrès inévitable ? Est-il forcément lié à l’Occident et à la démocratie ou peut-il s’épanouir ailleurs et sous d’autres formes ? De l’Angleterre du XVIIe siècle à la Chine du XXIe siècle, Joyce Appleby retrace, loin des idées reçues et des querelles idéologiques, l’histoire de ce modèle devenu le fondement de nos sociétés modernes, source de changements et de renouvellements permanents, parfois restreints et prévisibles, parfois profonds et incontrôlés. Elle s’attache à démontrer que le capitalisme est avant tout un phénomène culturel quand les économistes, avec leurs modèles mathématiques, l’entourent de l’aura mystique d’un mécanisme autonome. Il nous serait donc possible de modeler ce formidable système de production de richesse pour qu’il soit au service des hommes et non au service de l’argent.


Pensez comme un Freak! par Steven Levitt et Stephen Dubner

"Freakonomics", le best-seller du New York Times, a changé la manière dont nous voyons le monde en explorant la face cachée des choses. "Pensez comme un freak", le nouveau livre de Steven D. Levitt et Stephen J. Dubner, est leur ouvrage le plus révolutionnaire à ce jour.

Ils savent toujours aussi bien raconter une histoire, tout en avançant une analyse non conventionnelle. Ils nous font partager leur manière de penser et nous proposent une nouvelle approche pour résoudre les problème






























.