Droits de douane: menace américaine

13.08 Les conflits commerciaux n'ont rien de nouveau dans l'histoire économique des Etats-Unis, et ils passent inévitablement par le même cercle usé. Initialement, les Etats-Unis avaient l'intention de limiter la concurrence et de renforcer leur économie, mais ont rapidement fini par nuire à l'économie au sens large.

La récession des années 1930 est un exemple parfait. Sous la pression économique, le président Herbert Hoover a signé la loi Smoot-Hawley sur les droits de douane, augmentant les droits sur plus de 20.000 produits importés, ce qui a conduit à des mesures de rétorsion de la part de plusieurs partenaires commerciaux de l'Amérique, outrés. Par conséquence, les importations et les exportations américaines ont plongé de plus de 60%, aggravant davantage la récession et portant atteinte à l'économie mondiale.

Ces trois dernières décennies, les conflits commerciaux américains se sont concentrés sur plusieurs secteurs, dont les bananes, le bois, l'acier et les pneus. Mais des droits de douane plus élevés sur ces produits n'ont pas sauvé l'économie américaine, et a plutôt aggravé la situation de toutes les parties concernées.

Le passé n'est qu'un prologue.

Les Etats-Unis ont lancé la plus grande guerre commerciale dans l'histoire économique, dans l'espoir de supprimer le déficit commercial avec la Chine.

Toutefois, la Chine et les Etats-Unis donnent des chiffres très différents sur ce qu'est réellement le déficit commercial. Selon les données du Bureau américain du recensement, le déficit avec la Chine s'est élevé à un montant record de 375 milliards de dollars en 2017, alors que les douanes chinoises calculent l'excédent du pays avec les Etats-Unis à 275 milliards de dollars.

"Les écarts statistiques ont gonflé le calcul du déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine d'environ 20% par an", a estimé Zhong Shan, ministre chinois du Commerce.

Un iPhone, par exemple, joue un rôle important dans le déséquilibre du déficit commercial apparent des Etats-Unis avec la Chine. En apparence, le déficit semble s'élever à 375 milliards de dollars, dont 4,4% pour les seuls produits de la famille d'iPhone, mais, les vrais chiffres sont beaucoup moins importants.

Selon IHS Markit, les composants d'un iPhone coûtent un total de 370,25 dollars, dont 110 dollars reviennent à Samsung Electronics en République de Corée pour les écrans, et 44,45 dollars à Toshiba Corp au Japon et à SK Hynix en République de Corée pour les puces à mémoire.

D'autres fournisseurs des Etats-Unis et de l'Europe prennent également leur part, tandis que l'assemblage, assuré par des fabricants contractuels en Chine comme Foxconn, représente seulement 3% à 6% du coût de production.



Guerre commerciale entre puissances

6.08 La guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales semble prendre la forme d’une guerre de déclarations: Pékin a commenté les propos du conseiller économique de Donald Trump assurant que l’économie chinoise était «à la peine».

Larry Kudlow, conseiller économique de Trump, a déclaré que l’économie chinoise était en péril, alors que l’américaine se portait bien dans le contexte de la confrontation commerciale opposant ces deux pays.


Il a aussi indiqué que la riposte préparée par Pékin aux nouvelles taxes sur les produits chinois, envisagées par les Usa, était assez piteuse: «Je pense que 60 milliards de dollars est une réponse faible à nos 200 milliards de dollars». 

Larry Kudlow a en outre prévenu que Pékin ferait mieux de «prendre Trump en sérieux», le Président américain étant prêt à aller jusqu’au bout.

Ces déclarations n’ont pas échappé à l’attention de la Chine, qui a souligné que, pour le moins, ces propos ne correspondaient pas à la réalité.

«L’état de l’économie chinoise est évident pour la communauté internationale dans son ensemble. Annuellement, notre contribution au développement de l’économie mondiale représente près de 30%, soit autant que celle des États-Unis, du Japon et de l’Europe réunis», a commenté samedi le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi.

Et d’ajouter qu’il ignorait les raisons pour lesquelles une telle déclaration avait été faite par la partie américaine.

Comme il l’a été annoncé mercredi, Washington envisagerait de porter à 25% les taxes douanières sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises. Face à cette menace, le ministère chinois du Commerce est prêt à taxer 60 milliards de dollars de produits américains.



La Chine porte plainte contre les USA

01.08 La Chine a déposé lundi une plainte supplémentaire auprès de l'Organisation mondiale du commerce contre le projet américain d'imposer des droits de douane sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises dans le cadre d'une enquête au titre de la Section 301, a-t-on appris du site Internet du ministère du Commerce.


Tesla vise le marché chinois

16.07 Tesla renforcera l'innovation et étendra ses secteurs d'activités en Chine, a déclaré jeudi la branche pékinoise du constructeur automobile américain.

Créé en octobre, le premier centre d'innovation en recherche et développement à l'étranger de Tesla, basé à Beijing, se concentrera sur les domaines tels que le développement de logiciel et de matériel, la localisation, l'analyse des données Chine et Asie-Pacifique, les véhicules intelligents connectés ainsi que les technologies de charge.

Le centre possède une équipe de recherche et développement d'environ 30 membres, et cet effectif sera porté à une centaine d'ici 2020.

La Chine est le plus grand marché de Tesla hors des Etats-Unis. "Avec la base de talents à Beijing, nous avons l'intention de poursuivre la coopération avec le gouvernement municipal, les instituts de recherche et les universités," a indiqué Ren Yuxiang, vice-président et directeur pour la région Asie-Pacifique de Tesla.

Tesla a récemment annoncé son intention d'ouvrir sa première usine à l'étranger à Shanghai, avec une capacité annuelle prévue de 500.000 voitures électriques.



Les entreprises américaines contre les droits de douane

16.07 Près de 70% des entreprises américaines en Chine interrogées s'opposent à l'utilisation par l'administration Trump des droits de douane comme moyens de représailles pour atteindre ses objectifs commerciaux, selon un rapport de la Chambre de commerce des Etats-Unis à Shanghai (AmCham Shanghai).

Ce résultat a été révélé par le Rapport sur les affaires en Chine 2018, qui est basé sur une enquête annuelle réalisée par l'AmCham Shanghai entre le 10 avril et le 10 mai auprès de ses 1.000 entreprises membres sur le climat des affaires dans le pays. Parmi ces entreprises, 434 entreprises ont répondu.

Selon le rapport, 69% des entreprises s'opposent à l'utilisation des droits de douane comme moyen de représailles, et seulement 8,5% y sont favorables.

D'après le rapport, 77% des entreprises américaines rapportent des bénéfices, soit un taux identique à celui de l'année dernière. Quelque 62% des entreprises envisagent d'augmenter leurs investissements en Chine en 2018, et le nombre d'entreprises considérant la Chine comme leur priorité numéro un en matière d'investissement a légèrement progressé.

"La plupart des entreprises américaines prospèrent en Chine, et nous espérons voir cette tendance se poursuivre", a indiqué Eric Zheng, président de l'AmCham Shanghai.



























































































































 


























































































































































































































































































































































































Amériques

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi


Le feu et la fureur par Michael Wolff


Dans ce livre qui a mis le feu à l’Amérique et que Donald Trump a cherché à interdire, Michael Wolff nous entraîne dans les coulisses de la Maison Blanche et multiplie les révélations. Luttes de pouvoir, favoritisme, amateurisme, trahisons, scènes de famille… L’enquête démontre comment l’entourage intime et professionnel de Trump déploie une énergie considérable à camoufler l’ignorance, le manque de sang-froid et de scrupules du 45e président des États-Unis






Mensonges et verités par James Comey


Dans ce livre très attendu, l'ancien patron du FBI raconte pour la première fois le rôle historique qu'il a joué lors de l'élection présidentielle de 2016. Tout au long de sa carrière, il s'est illustré en prenant des décisions cruciales dans les affaires criminelles les plus controversées, qu'il s'agisse des conflits avec la mafia, de la lutte contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre, des positions de Dick Cheney et George Bush sur la torture ou de l'enquête sur les courriels classifiés d'Hillary Clinton durant les derniers mois de l'administration Obama.


El Chapo La Traque

La traque à haut risque d’un des narcotrafiquants les plus dangereux de la planète.El Chapo est le récit fascinant de la traque à haut risque de l’un des narcotrafiquants les plus recherchés de tous les temps, à la fortune estimée à 1 milliard de dollars, Joaquín Archivaldo Guzmán-Loera, plus connu sous le nom de El Chapo (diminutif de « chaparro », courtaud, en référence à sa petite taille).



Hypercapitalisme par Larry Gonik Tim Kasser

Hypercapitalisme explique comment l'économie moderne, en portant aux nues la loi du marché, en privatisant à tout crin, menace le développement de l'humanité, la justice sociale et la planète tout entière. Avec humour, Larry Gonick, cartoonist renommé, et Tim Kasser, professeur de psychologie, montrent aussi comment remettre la notion de bien-être au coeur de nos échanges.





La mondialisation, une utopie morte


L’ empire américain a façonné ainsi le monde, mais a fragilisé les États. Il a coopté les élites au détriment du reste des populations qui ont vu les inégalités se creuser, ce qui a tracé au coeur des nations – y compris aux États-Unis ! – une frontière économique entre les gagnants et les perdants du système.




L’indépendance financière par Raphaël Carteni

Né en 1993 à Epernay, Raphaël Carteni a grandi avec sa soeur dans une famille, ni pauvre, ni riche, ne manquant de rien. Après un baccalauréat scientifique, il décide de poursuivre des études de médecine et en fera cinq années avant d’arrêter. La découverte progressive du monde hospitalier, et plus largement adulte, lui a fait réaliser pourquoi tant de personnes sont victimes de burn-out et de dépressions.




Métamorphose des managers

Comment manager à l'ère du numérique et de l'intelligence artificielle ? Cécile Dejoux et Emmanuelle Léon ont écrit cet ouvrage visionnaire, animées par l'envie d'aider les managers à trouver leur place et à redéfinir leur rôle dans ce nouvel environnement.




Les Bases du Hacking par Patrick Engebreton

Les bases du hacking est un ouvrage d'introduction aux techniques de tests de pénétration et de préparation au hacking éthique.

Vous apprendrez à utiliser et interpréter les résultats des outils modernes du hacking utilisés pour réaliser des pentests : BackTrack Linux, Google, Whois, Nmap, Nessus, Metasploit, Netcat, Netbus, et plus encore.






Toute la verité sur la malhonnêté par Dan Ariely


Avec l’élection de Donald Trump, le monde a découvert avec stupéfaction le phénomène de post-vérité, ou « vérité alternative ». Or les « fake news » ne sont que l’arbre qui cache la forêt. On peut en effet parler de banalisation de la malhonnêteté. Car, ainsi que le prouve Dan Ariely, on ment à tout le monde, à commencer par soi-même. En s’appuyant sur des expériences ayant impliqué 50 000 individus, il nous éclaire sur les mécanismes fondamentaux qui nous conduisent à nous arranger en permanence avec la réalité. Depuis la salle de classe jusqu’à son lieu de travail, dans le monde politique comme dans le champ économique, personne n’est indemne : du pieux mensonge pour s’éviter une discussion houleuse avec son conjoint aux notes de frais gonflées… Dan Ariely démontre qu’il est plus facile de mentir sur certains sujets que sur d’autres, que le fait d’être démasqué compte finalement assez peu face à la possibilité de tirer le meilleur parti d’une situation, que le fonctionnement des entreprises favorise les comportements déloyaux. Tout cela nous affecte car, quel que soit le degré d’exigence éthique que l’on se fixe, la malhonnêteté est contagieuse : en devenant insensibles aux petits mensonges et en les multipliant, nous contribuons tous à l’ère de post-vérité dans laquelle nous vivons.


L’année stratégique 2018

L’élection de Donald Trump a semblé constituer le paroxysme de l’incertitude qui caractérise les relations internationales. Économiques, stratégiques, militaires, énergétiques, environnementales, ses implications dépassent largement le cadre de l’Amérique. Les cartes du jeu international sont-elles, pour autant, rebattues ? Dans quelle mesure d’autres acteurs se trouvent-ils renforcés, Chine et Russie en tête ? Déjà confrontée à des contestations aux aspects désormais bien concrets, l’Union européenne devra faire en sorte de prendre en main son futur. Le Moyen-Orient et le Maghreb apparaissent, eux, sans boussole, alors que l’Afrique offre de plus en plus le visage d’un continent pluriel. L’Année stratégique 2018 revient sur ces développements et évalue leurs évolutions potentielles.




Made in Silicon Valley

Pour quiconque s'intéresse à l'entrepreneuriat, les États-Unis sont un lieu mythique : Quels enseignements l'innovation et les entreprises en France peuvent-elles en tirer ? Quelles sont les ubérisations possibles de nos entreprises ? De quoi peuvent s'inspirer les dirigeants d'entreprise pour assurer leur transformation digitale ? Quelles sont les bonnes pratiques transposables ? Depuis la Silicon Valley, mais aussi à New York, Seattle, Dallas. David Fayon a mené une enquête pour comprendre les raisons de la suprématie de l'Amérique du Nord dans le numérique sur l'ensemble de la chaîne de valeur : matériel, logiciel, données.



Du pacifisme en Amérique par Ambre Ivol


À l’heure où la violence sociale nous submerge, il est urgent de rappeler que d’autres pratiques collectives ont su peser sur le cours de l’histoire. Aux États-Unis, la culture de la non-violence a pris des formes multiples, portée par des regroupements religieux ou d’inspiration socialiste.

Des personnalités atypiques ont revendiqué l’héritage pacifiste. Howard Zinn est l’une de ces figures étonnantes. Connu pour sa grande fresque des luttes sociales, A People’s History of the United States, cet historien a rejoint les rangs de la contestation anti-guerre au moment du Vietnam. Sa propre participation à la libération de l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale prend un sens inattendu lorsqu’il découvre l’horreur des bombardements au napalm... À la lumière du parcours exceptionnel de cet intellectuel de gauche, d’autres trajectoires de vie apparaissent, issues de sa génération et des suivantes, et dont l’activisme a durablement influencé la culture progressiste américaine.


































.