Le sommet des Brics au Brésil

19.11Des experts et des universitaires estiment que le 11e sommet des BRICS qui s'est tenu à Brasilia, la capitale du Brésil, a adressé des signaux positifs en faveur du multilatéralisme, donnant une impulsion à une économie mondiale ouverte et une énergie positive pour la paix dans le monde.

Ivona Ladevac, responsable du centre régional "Une Ceinture, Une Route" à l'Institut international de politique et d'économie en Serbie, estime que le discours prononcé par le président chinois Xi Jinping lors de ce sommet a réaffirmé que la Chine attachait de l'importance au multilatéralisme.

Pour elle, ce discours met en évidence trois aspects de ce que doivent entreprendre les pays membres des BRICS : créer un environnement de sécurité pacifique et stable, travailler sur des perspectives de développement ouvertes et innovantes, ainsi que favoriser les échanges culturels et l'apprentissage mutuel.

Oleg Timofeïev, professeur à l'Université russe de l'Amitié des peuples, note de son côté que les pays du groupe BRICS, dans leur déclaration finale publiée à l'issue dudit sommet, ont affirmé leur soutien au multilatéralisme et plaidé en faveur d'un ordre international multipolaire sur certains dossiers régionaux sensibles.

Andrés Borquez, coordinateur du programme des études chinoises à l'Institut des études internationales de l'Université du Chili, remarque que cette déclaration insiste sur l'adhésion au multilatéralisme, ainsi que sur le renforcement du système multilatéral et sa réforme, confirmant la position constante des BRICS et montrant qu'ils vont devenir des réformateurs responsables et des acteurs importants de la gouvernance mondiale.



Les freins à l’économie mondiale

12.11es mesures unilatérales ne peuvent pas mettre fin aux tensions commerciales, car les solutions et les accords sont les objectifs ultimes, a indiqué mercredi Roberto Azevêdo, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), lors d'une interview accordée exclusivement à Xinhua.

"Je peux comprendre la 'stratégie' consistant à rendre les choses difficiles, à faire parler l'autre, mais cela ne peut pas constituer une fin en soi", a-t-il déclaré.

Pour M. Azevêdo, des mesures unilatérales ont été prises "parce que, pendant un certain temps, le dialogue et les réformes ne répondaient pas aux attentes". "La seule façon pour eux de changer la situation avait consisté à prendre des mesures unilatérales, à lever des barrières, à introduire des difficultés, ce qui a obligé l'autre partie à s'asseoir et à négocier", a-t-il noté.

Cependant, "au bout du compte, ce que vous voulez, c'est une solution, un dialogue, un modus vivendi", a-t-il souligné.

"Plus on met de temps pour y parvenir, plus l'économie mondiale en souffrira", a-t-il averti, ajoutant "qu'il n'y a pas de gagnant dans un tel scénario".

Au début de ce mois, les économistes de l'OMC ont fortement abaissé leur prévision de croissance du commerce mondial en 2019 à 1,2%, en raison de "l'escalade des tensions commerciales" et du ralentissement de l'économie mondiale.

"Les conflits commerciaux provoquent des incertitudes, ce qui pousse certaines entreprises à ralentir les investissements qui sont indispensables à l'amélioration de la productivité et du niveau de vie", a déclaré M. Azevêdo.


La FED abaisse ses taux directeurs

04.11 La Réserve fédérale américaine (Fed) a abaissé mercredi ses taux d'intérêts de 25 points de base pour faire face à un nouveau ralentissement de la croissance économique américaine. C'est la troisième fois que la banque centrale américaine abaisse ses taux directeurs cette année.

Le Comité fédéral d'Open Market (FOMC), l'organe chargé de fixer les taux directeurs de la Fed, a ramené la fourchette cible des taux d'intérêts fédéraux entre 1,5 et 1,75 % après deux jours de réunion sur sa politique monétaire. Cette décision est largement conforme aux attentes du marché.

"Bien que les dépenses des ménages augmentent à un rythme soutenu, les investissements fixes des entreprises et les exportations restent faibles. En douze mois, l'inflation globale et l'inflation des produits autres que les aliments et l'énergie sont restées en dessous de 2 %", a déclaré le FOMC dans un communiqué.

L'économie américaine a progressé selon un taux annuel de 1,9 % au troisième trimestre 2019, ce qui est légèrement inférieur au taux de croissance de 2 % enregistré au deuxième trimestre, a annoncé mercredi le Département du Commerce. Cela marque une nouvelle décélération par rapport au taux de croissance de 3,1 % du premier trimestre.

Deux membres du Comité fédéral d'Open Market, qui réunit dix personnes, ont voté contre cette baisse des taux. Eric Rosengren, président de la Banque de Réserve fédérale de Boston, et Esther George, présidente de la Banque de Réserve fédérale de Kansas City, auraient "préféré" maintenir la fourchette cible à son niveau précédent.


Le FMI abaisse la prévision de croissance mondiale

28.10 Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé sa prévision de croissance mondiale pour 2019 à 3% dans son dernier rapport sur les Perspectives économiques mondiales (PEM) publié mardi, en baisse de 0,2 point de pourcentage par rapport à son estimation de juillet.

Notant qu'il s'agit du rythme le plus lent depuis la crise financière mondiale de 2008, Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, a écrit dans un article de blog que "la croissance continue d'être affaiblie par la hausse des barrières commerciales et des tensions géopolitiques".

"La croissance est également freinée par des facteurs spécifiques à chaque pays dans plusieurs économies de marché émergentes et par des forces structurelles telles que la faible croissance de la productivité et le vieillissement de la population dans les économies avancées", a indiqué Mme Gopinath.

Les économies avancées continuent de ralentir pour atteindre leur potentiel à long terme, leur croissance ayant été ramenée à 1,7% cette année contre 2,3% en 2018, indique le rapport. La croissance dans les pays émergents et en développement a également été révisée à 3,9% pour 2019 contre 4,5% l'année dernière.

Le rapport d'octobre des PEM a également révisé la projection de croissance mondiale pour 2020 à 3,4%, en baisse de 0,1 point par rapport à l'estimation de juillet. Le rapport des PEM de juillet avait déjà abaissé les prévisions de croissance pour 2019 et 2020, chacune en baisse de 0,1 point par rapport à l'estimation d'avril.




L’Equateur quittera l’OPEP en 2020


07.10 À en croire un communiqué du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles non renouvelables du pays, l'Équateur quittera l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP) en janvier 2020.

L'Équateur a annoncé mardi son intention de quitter l’OPEP en janvier prochain en raison de difficultés financières auxquelles est confronté ce pays sud-américain.

«Le gouvernement équatorien a décidé de cesser d'appartenir à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à partir du 1er janvier 2020», a indiqué le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles non renouvelables dans un communiqué cité par l'AFP.


















































































 





















































































































































 


























































































































































































































































































































































































Amériques

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi


Mad Maps

Planisphères déformés, reliefs inversés, frontières qui disparaissent, couleurs décalées… Attention, les 60 cartes de Mad Maps risquent bien de faire voler en éclats bon nombre de vos certitudes : le nord est-il toujours en haut ? Les continents existent-ils vraiment ? La France est-elle réellement en Europe ? Et si tout cela n’était finalement qu’une question de représentations ?

Après la lecture de cet atlas pas comme les autres, vous ne regarderez plus jamais les choses comme avant.

Alors êtes-vous prêt à changer votre vision du Monde ?


Etat de siège par Michael Wolff

Après le best-seller international Le Feu et la Fureur, voici la saison 2 de la présidence la plus extravagante de l'histoire des États-Unis.

Deux ans au sommet du monde n'ont pas assagi Donald Trump, plus impulsif et versatile que jamais. Mais la roue de la fortune a tourné : les procureurs fédéraux scrutent ses affaires ; ses anciens alliés politiques cherchent à le faire chuter 



Vers la guerre par Graham Allison

La Chine et les États-Unis se dirigent vers une guerre dont ils ne veulent pourtant ni l’un ni l’autre. Pour éclairer ce paradoxe, Graham Allison invoque ce qu’il appelle le Piège de Thucydide, qui se met en place quand une puissance émergente vient défier la puissance régnante. C’est Athènes se dressant face à Sparte. 


Au cours des cinq derniers siècles, cette configuration mortelle s’est présentée seize fois ; à douze reprises, elle s’est soldée par une guerre. Aujourd’hui, alors que Xi Jinping comme Donald Trump prétendent « restaurer la grandeur » de leur pays, la dix-septième occurrence se profile à l’horizon de manière sinistre. 




Guerre Chine/Usa

Alors que les relations commerciales s'enveniment entre les États-Unis et la Chine, il n'y a pour ainsi dire pas de vision d'ensemble des tensions économiques qui agitent les deux pays. Il n'y a pas de clés d'interprétation communes.

Les ambitions de la Chine la portent à vouloir redevenir la puissance dominante qu'elle a été au cours de l'Histoire. Pour cela, elle dispose de plusieurs outils et c'est avec un succès certain qu'elle utilise l'économie comme levier d'accroissement de puissance


Décoder l’info

Trop d'infos tuent-elles l'info ? Dans une société de l'infobésité, le paradoxe est que le public n'a jamais été aussi mal informé.

Hoax, parodies, rumeurs et bad-buzz pullulent sur un web dont les mécanismes de propagation de la fausse nouvelle sont devenus structurels. Cet ouvrage propose un décryptage minutieux et illustré des rouages de la désinformation sur Internet.



Le modèle Testal

Début du XXe siècle, le fordisme révolutionne l’industrie avec des gains de productivité inédits. Soixante ans plus tard, le toyotisme développe les principes de l’excellence opérationnelle, synonymes de qualité et de réactivité. Années 2010  : Elon Musk bouleverse les codes en inventant un système d’organisation novateur et disruptif pour Tesla, son entreprise emblématique. Un modèle qui peut s’observer aujourd’hui comme la référence du 4e âge de l’industrie…

  



Le feu et la fureur par Michael Wolff


Dans ce livre qui a mis le feu à l’Amérique et que Donald Trump a cherché à interdire, Michael Wolff nous entraîne dans les coulisses de la Maison Blanche et multiplie les révélations. Luttes de pouvoir, favoritisme, amateurisme, trahisons, scènes de famille… L’enquête démontre comment l’entourage intime et professionnel de Trump déploie une énergie considérable à camoufler l’ignorance, le manque de sang-froid et de scrupules du 45e président des États-Unis






Mensonges et verités par James Comey


Dans ce livre très attendu, l'ancien patron du FBI raconte pour la première fois le rôle historique qu'il a joué lors de l'élection présidentielle de 2016. Tout au long de sa carrière, il s'est illustré en prenant des décisions cruciales dans les affaires criminelles les plus controversées, qu'il s'agisse des conflits avec la mafia, de la lutte contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre, des positions de Dick Cheney et George Bush sur la torture ou de l'enquête sur les courriels classifiés d'Hillary Clinton durant les derniers mois de l'administration Obama.


El Chapo La Traque

La traque à haut risque d’un des narcotrafiquants les plus dangereux de la planète.El Chapo est le récit fascinant de la traque à haut risque de l’un des narcotrafiquants les plus recherchés de tous les temps, à la fortune estimée à 1 milliard de dollars, Joaquín Archivaldo Guzmán-Loera, plus connu sous le nom de El Chapo (diminutif de « chaparro », courtaud, en référence à sa petite taille).



Hypercapitalisme par Larry Gonik Tim Kasser

Hypercapitalisme explique comment l'économie moderne, en portant aux nues la loi du marché, en privatisant à tout crin, menace le développement de l'humanité, la justice sociale et la planète tout entière. Avec humour, Larry Gonick, cartoonist renommé, et Tim Kasser, professeur de psychologie, montrent aussi comment remettre la notion de bien-être au coeur de nos échanges.





La mondialisation, une utopie morte


L’ empire américain a façonné ainsi le monde, mais a fragilisé les États. Il a coopté les élites au détriment du reste des populations qui ont vu les inégalités se creuser, ce qui a tracé au coeur des nations – y compris aux États-Unis ! – une frontière économique entre les gagnants et les perdants du système.




L’indépendance financière par Raphaël Carteni

Né en 1993 à Epernay, Raphaël Carteni a grandi avec sa soeur dans une famille, ni pauvre, ni riche, ne manquant de rien. Après un baccalauréat scientifique, il décide de poursuivre des études de médecine et en fera cinq années avant d’arrêter. La découverte progressive du monde hospitalier, et plus largement adulte, lui a fait réaliser pourquoi tant de personnes sont victimes de burn-out et de dépressions.




Métamorphose des managers

Comment manager à l'ère du numérique et de l'intelligence artificielle ? Cécile Dejoux et Emmanuelle Léon ont écrit cet ouvrage visionnaire, animées par l'envie d'aider les managers à trouver leur place et à redéfinir leur rôle dans ce nouvel environnement.















































.