Amériques    Europe    Afrique     Asie     Moyen Orient     Finance    Environnement    Culture 

Environnement

Infoseco
Un autre regard sur l’économieNews.html

A lire aussi

Industrie verte au Tibet

"Lorsqu'un kilo de pêches ordinaires est vendu seulement environ 30 yuans (4,5 dollars), le prix des pêches ici peut atteindre cent yuans chacune", a indiqué Sonam Yangkyi, un responsable du village, aux visiteurs de la zone de démonstration de l'Industrie de la terre pure de Lhassa.

La raison du prix élevé des pêches d'hiver ici est simple. L'altitude élevée et l'environnement propre de la région autonome du Tibet signifient qu'ici, les pêches sont plus savoureuses et meilleures que les autres.

La pêche d'hiver figure parmi l'une des nombreuses variétés de fruits ayant une qualité supérieure et des propriétés uniques produite ici par l'Industrie de la terre pure, grâce à l'eau, la terre et l'air ayant une excellente qualité.

Lhassa a initié le projet de la terre pure en 2013. Le projet inclut le maca, une racine originaire des Andes en Amérique du Sud; le chrysanthème d'hiver, utilisé principalement en infusion; le raisin, la rose, d'autres produits organiques, des ingrédients pour la médecine tibétaine, la viande bio et les produits laitiers.

En moins de quatre ans, 89 entreprises ont été impliquées dans le projet et la valeur de la production a atteint 3,7 milliards de yuans.

La demande croissante en produits bios et médecine tibétaine a mené à la réplication du projet de Lhassa dans d'autres zones.

Chamdo, une ville dans l'est du Tibet, a initié le projet de l'Industrie du ciel bleu et de la pureté cette année, en élevant des poulets et des cochons du Tibet et en cultivant des plantes médicinales.

Le ciel bleu, la montagne enneigée pure, ainsi que l'air et l'eau propres sont les emblèmes du Tibet et les principaux moteurs de la croissance durable de la région.

Les projets de la terre pure de Lhassa et du ciel bleu de Chamdo ont créé des emplois et amélioré les conditions de vie des paysans.

La zone de démonstration de la terre pure dans le district de Quxu a créé 127.500 emplois en augmentant le revenu par habitant de 6.000 yuans l'année dernière.

Le développement de l'industrie verte a réellement amélioré l'environnement au lieu de le détruire. Quxu a interdit les engrais et les pesticides en vue de protéger le sol et garantir que les produits répondent aux normes de la culture bio. Dans le district de Damxung, l'élevage animal durable protège les prairies du surpâturage.

"Nous comprenons bien l'importance de la protection environnementale. Il existe un prix pour tous les produits, mais un environnement propre n'a pas de prix", a poursuivi Sonam Yangkyi.





Le climat et la paix

04.06 Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé mardi à l'action pour faire face au défi du changement climatique, soulignant que l'action pour le climat n'est pas seulement une nécessité mais une chance pour un avenir pacifique et durable, selon un communiqué publié mardi par l'ONU.

S'exprimant devant des étudiants, des chefs d'entreprises et des universitaires à New York University, M. Guterres a souligné à la fois les risques croissants dus au changement climatique et les opportunités offertes par l'action climatique pour créer des emplois, générer une croissance économique et construire les bases d'un monde plus sûr et plus stable.

"Les effets du changement climatique se font déjà sentir dans le monde entier. Ils sont dangereux et ils s'accélèrent", a-t-il dit. "Il est absolument essentiel que le monde mette en œuvre l'Accord de Paris - et que nous remplissions ce devoir avec une ambition accrue". L'Accord de Paris sur le climat a été adopté en décembre 2015 et est entré en vigueur à la fin 2016.

M. Guterres a insisté sur le fait que des mesures ont déjà été prises et que les pays et les entreprises impliqués en tireront les bénéfices. "Des milliers d'entreprises privées, y compris de grandes compagnies pétrolières et gazières, prennent leurs propres mesures", a-t-il déclaré. "Elles savent que l'économie verte est bonne pour les affaires".

"Le train de la durabilité est en marche. Montez à bord ou bien vous resterez sur le quai. Ceux qui ne feront pas le pari de l'économie verte vivront dans un avenir gris", a-t-il affirmé.

Le chef de l'ONU a présenté un programme d'action en cinq points pour mobiliser le monde en faveur de l'action climatique.

Tout d'abord, il a promis d'intensifier les efforts politiques à un haut niveau pour accroître l'action climatique destinée à limiter la hausse de la température bien au-dessous de 2 degrés Celsius et le plus proche possible de 1,5 degré.

Deuxièmement, M. Guterres a déclaré qu'il mobiliserait toutes les capacités du système de développement des Nations Unies en faveur de l'action climatique et du Programme de développement durable à l'horizon 2030, notamment au niveau national.

Troisièmement, M. Guterres a dit qu'il travaillerait avec les gouvernements et tous les principaux acteurs, y compris les industries du charbon, du pétrole et du gaz, pour accélérer la transition vers l'énergie durable.

Quatrièmement, il a promis de travailler avec les pays pour mobiliser les ressources nationales et internationales en faveur de l'adaptation, de la résilience et de la mise en œuvre des plans d'action nationaux pour le climat.

Cinquièmement, il a déclaré qu'il encouragerait des partenariats nouveaux et renforcés pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris à travers la coopération Nord-Sud, Sud-Sud et triangulaire.

"Le changement climatique est indéniable. L'action climatique est imparable. Et les solutions climatiques offrent des opportunités incomparables", a insisté le chef de l'ONU.





Le commerce de l’ivoire

09.04 Le Programme des Nations unies pour l'environnement (ONU Environnement) s'est félicité lundi de la décision du gouvernement chinois de fermer les nombreuses usines et magasins d'ivoire, considérant que cette mesure améliorera considérablement les perspectives de survie des éléphants à travers le monde.

Prise par l'Administration d'Etat chinoise des forêts, cette décision représente les premières étapes concrètes d'une interdiction "presque complète" du commerce de l'ivoire, annoncée l'an dernier et qui devrait être pleinement mise en œuvre d'ici la fin de l'année 2017.

"Il s'agit d'une étape historique et peut être d'un tournant dans notre lutte pour sauver les éléphants de l'extinction", a déclaré le directeur exécutif d'ONU Environnement, Erik Solheim. "Nous avons besoin de voir plus de pays et territoires faire de même".

Les fermetures décidées signifient la fin du commerce pour environ un tiers des tailleurs d'ivoire officiellement sanctionnés et des détaillants autorisés.

Les activistes ont noté une baisse de deux tiers du prix de l'ivoire depuis que la Chine a annoncé son intention de mettre en place une interdiction l'année dernière, et des prix plus bas signifient moins de braconniers. Mais ONU Environnement estime essentiel que d'autres pays et territoires suivent l'exemple de la Chine de refuser le commerce de l'ivoire.










Un  climat mondial plus chaud

Avec sa température moyenne record, la superficie exceptionnellement réduite de la banquise et la poursuite inexorable de l'élévation du niveau de la mer et du réchauffement des océans, l'année 2016 restera dans les annales, selon un compte rendu annuel sur la situation du climat mondial publié mardi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) en prévision de la Journée mondiale de la météorologie, qui aura lieu le 23 mars.

Selon le document, le puissant phénomène El Nino de 2015-2016 a accentué le réchauffement en 2016, en venant s'ajouter à l'influence exercée sur le long terme par le changement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre. Durant l'épisode El Nino, le niveau moyen de la mer a accusé une très forte hausse qui affichait au début de l'année 2016 des valeurs record.

"L'année 2016 est la plus chaude qui ait jamais été enregistrée : la hausse de la température par rapport à l'époque préindustrielle atteint, chose remarquable, 1,1°C, soit 0,06°C de plus que le record précédent établi en 2015. Cette augmentation de la température moyenne s'inscrit dans la logique des autres changements intervenant dans le système climatique", a souligné le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

"Moyennées à l'échelle du globe, les températures de surface de la mer ont été elles aussi les plus élevées jamais constatées, la hausse du niveau moyen de la mer s'est poursuivie et l'étendue de la banquise arctique a été bien inférieure à la normale la majeure partie de l'année", a-t-il ajouté.

Le niveau moyen de la mer a accusé une très forte hausse d'environ 15 millimètres entre novembre 2014 et février 2016, lors de l'épisode El Nino, soit une nouvelle valeur record nettement supérieure au rythme annuel de 3 à 3,5 millimètres constaté après 1993.

Pour ce qui est de l'étendue de la banquise arctique, le maximum saisonnier (14,52 millions de kilomètres carrés), atteint le 24 mars, est le plus faible qui ait été observé par satellite depuis 1979. A l'automne, l'embâcle a été exceptionnellement lent, et la banquise s'est même contractée pendant quelques jours vers la mi-novembre.

L'OMM a prévenu que les conditions météorologiques et climatiques extrêmes se poursuivaient en 2017.

"Alors même que le puissant épisode El Nino de 2016 s'est dissipé, nous assistons aujourd'hui à d'autres bouleversements que nous sommes bien en peine d'élucider : nous touchons ici aux limites de notre savoir scientifique concernant le climat et nous avançons maintenant en territoire inconnu", a souligné le directeur du Programme mondial de recherche sur le climat, David Carlson.


ONU: combattre l’exploitation illégale des ressources naturelles

07.11Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé dimanche la communauté internationale à combattre les crimes environnementaux et à mettre fin à l'exploitation illicite des ressources naturelles, que ce soit en temps de paix ou en temps de guerre.

M. Ban a lancé cet appel dans un message publié à l'occasion de la Journée internationale pour la prévention de l'exploitation de l'environnement en temps de guerre et de conflit armé.

Pour réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 de l'ONU, "nous devons reconnaître que nous avons un devoir de protection à l'égard de l'environnement, en temps de paix comme en temps de guerre", a déclaré M. Ban dans son message.

Le secrétaire général a souligné qu'une mauvaise gestion de l'environnement et des ressources naturelles pouvait de fait contribuer à l'émergence des conflits. "Inversement, il n'est pas rare que ces mêmes ressources naturelles servent de catalyseurs à la coopération pacifique, au renforcement de la confiance et à la réduction de la pauvreté", a-t-il dit, ajoutant que la manière dont les gouvernement administraient ces ressources naturelles jouait également un rôle fondamental dans le processus de consolidation de la paix après un conflit.

"Au lendemain d'un conflit violent, les ressources naturelles telles que la terre, le bois, les minerais, le pétrole et le gaz sont souvent la principale richesse dont les gouvernements ont besoin pour offrir des moyens de subsistance et susciter une reprise économique", a-t-il relevé.




La biodiversité en chute

17.07 Les changements dans l'utilisation des terres ont causé la biodiversité mondiale de tomber en dessous de ce qui était considéré comme des niveaux "sûrs", menaçant les efforts vers le développement durable à long terme, indique une nouvelle étude publiée jeudi.

L'étude, publiée dans la revue américaine Science, a analysé 2,38 millions de dossiers pour plus de 39.100 espèces sur 18.600 sites pour évaluer comment la biodiversité dans chaque kilomètre carré de terre a changé avant que les humains aient modifié l'habitat.

Pour 58,1% de la surface terrestre de la planète, où vit 71,4% de la population humaine, le niveau de la perte de biodiversité est suffisamment important pour remettre en question la capacité des écosystèmes à soutenir les sociétés humaines, a trouvé l'étude.

La perte due à des changements dans l'utilisation des terres met les niveaux de biodiversité au-delà des limites planétaires récemment proposées, un cadre international qui définit un espace de fonctionnement sûr pour l'humanité.

"Ceci est la première fois que nous avons quantifié l'effet de la perte de l'habitat sur la biodiversité à l'échelle mondiale dans les détails et nous avons constaté que dans la plupart de la perte de biodiversité mondiale n'est plus dans la limite de sécurité proposée par les écologistes", a précisé le chercheur principal Tim Newbold de l'University College de Londres dans un communiqué.

"Nous savons que la perte de biodiversité affecte le fonctionnement des écosystèmes, mais la façon dont elle le fait n'est pas tout à fait claire. Ce que nous savons est que, dans de nombreuses régions du monde, nous nous approchons d'une situation où l'intervention humaine pourrait être nécessaire pour maintenir le fonctionnement de l'écosystème", a expliqué le Dr Newbold.

L'étude a révélé que les prairies, savanes et brousses ont été les plus touchées par la perte de biodiversité, suivies de près par de nombreuses forêts et terres boisées du monde.

L'étude a suggéré que la capacité de la biodiversité dans ces domaines pour soutenir les fonctions clés des écosystèmes tels que la croissance des organismes vivants et le cycle des substances nutritives est devenue de plus en plus incertaine.

Les chercheurs ont également constaté que les points chauds de la biodiversité - ceux qui ont connu la perte d'habitat dans le passé mais possèdent beaucoup d'espèces qu'on ne trouve que dans cette région - sont menacés, montrant des niveaux élevés de déclin de la biodiversité.

D'autres zones à forte biodiversité, comme l'Amazonie, qui ont connu aucun changement dans l'utilisation des terres, ont des niveaux plus élevés de la biodiversité et une plus grande possibilité de conservation proactive.

"Les plus grands changements se sont produits dans les endroits où la plupart des gens vivent, ce qui pourrait affecter le bien-être physique et psychologique. Pour remédier cela, il faudrait préserver les zones restantes de la végétation naturelle et restaurer les terres humaines utilisées", a ajouté M. Newbold



Allemagne: coup de pouce aux voitures électriques

29.05 Le gouvernement allemand a lancé mercredi un programme de promotion des voitures électriques à coup de subventions à l'achat et d'exonérations fiscales. Les acquéreurs de voitures purement électriques recevront ainsi 4.000 euros (4.500 dollars) et ceux qui achèteront des hybrides rechargeables obtiendront 3.000 euros.

Le financement de ces subventions, d'un montant total de 1,2 milliard d'euros, sera partagé à parts égales entre l'industrie automobile et le gouvernement jusqu'en 2019.

Les voitures électriques seront également exemptées de taxe sur les véhicules pendant dix ans, selon le gouvernement.

Ce dernier a en outre décidé de dépenser 300 millions d'euros pour la construction de 15.000 stations de recharge entre 2017 et 2020 le long des autoroutes et au niveau des centres commerciaux, des gares et des aéroports.

Le gouvernement allemand cherche à ce qu'un million de voitures électriques sillonnent les routes d'ici 2020. A l'heure actuelle, seuls 50.000 véhicules électriques, dont moins de 20.000 uniquement équipés de batteries, circulent en Allemagne.





Mon potager de vivaces


60 légumes à découvrir!Pour les jardiniers pressés et économes, les vivaces demandent peu d'attention et réapparaissent chaque année. Ce livre présente 60 légumes pour de nouvelles découvertes jardinières et culinaires ! Ce livre présente 60 especes de végetaux comestibles à cultiver comme la ciboule de Chine ou encore l’oignon rocambole. L’auteur, Aymeric Lazarin, est  un passionné des plantes rares et insolites.





























































































 

Homéopathie à la ferme

Agnès, Vincent, François, Yveline et les autres, sont éleveurs depuis de nombreuses années. Préoccupés par la question du bien être et de la santé de leurs animaux, ils ont la curiosité de s'intéresser aux médecines alternatives. La rencontre avec un vétérinaire homéopathe et une conseillère en élevages biologiques les conduit à se former, expérimenter, à échanger entre eux pour soigner autrement.

Dans ce livre, ils témoignent de leurs réussites et de leurs tâtonnements ; mais bien au-delà d'une connaissance technique, ils nous parlent de patience, d'observation, d'entraide, de choix, de responsabilité... Un art de vivre avec les animaux qui interroge profondément notre vision de la santé.
Ce livre est le fruit de ce cheminement collectif. Il se veut un outil à la disposition de toutes celles et ceux que la curiosité n'effraie pas et que la santé de la planète préoccupe.


Le transhumanisme


Un décryptage du transhumanisme en tant que courant de pensée. L'auteure revient sur les origines historiques et les influences du transhumanisme, puis elle présente une lecture humaniste de la situation contemporaine.



Le monde entre nos mains - Le tour du monde des solutions durables



En 2012 et 2013, Marc Giraud, Sylvain Delavergne et Rémi Sierakowski, sac au dos et caméra au poing, s’embarquent pour un tour du monde des solutions durables. C’est la concrétisation d’un projet fou démarré quelques mois auparavant: WIFU (Worldw’Ideas for the FUture).

- Leur objectif: partir à la rencontre des entrepreneurs qui dessinent le monde de demain et essaimer les bonnes idées collectées.

- Leur credo : la contagion par l’exemple.


Ils sillonnent ainsi le monde en tuk-tuk, autocar, à dos d’éléphant, en train, en avion, en rickshaw ou en pirogue… Des milliers de kilomètres parcourus pour rapporter les solutions développées aujourd’hui qui feront la société de demain. Ils rencontrent notamment le chimiste mexicain qui prétend révolutionner l’agriculture mondiale avec son eau solide, le directeur d’une université indienne qui forme des grands-mères vivant avec moins de 1 dollar par jour à devenir ingénieurs solaires, le concepteur basque de planches de surf écologiques en fibre de lin, la responsable d’un club de plongée qui régénère la barrière de corail indonésienne grâce au soleil… 47 reportages d’entrepreneurs visionnaires et pragmatiques dans 17 pays sont ainsi retranscrits dans ce livre passionnant et porteur d’espoir. En lien avec cet ouvrage, les aventuriers auteurs ont réalisé un web-documentaire interactif. Les expériences présentées dans le livre sont complémentaires de reportages filmés accessibles à tous sur la toile. Bonne route dans le monde de demain… http://www.wifuproject.com/





De L'Oréal à Lhassa,

itinéraire d'un iconoclaste

 

Le parcours étonnant d’un businessman, aventureux et atypique, parti à la conquête du monde pour L’Oréal tout en poursuivant une quête spirituelle authentique.

 



Climat et capitalisme


Nous sommes à l'aube d'une profonde mutation du capitalisme, sous l'action du changement climatique. Le prix du carbone va-t-il être placé au cœur des échanges économiques ? Quelles politiques économiques peuvent être à la hauteur des enjeux ? Quelles sont les transformations géopolitiques à venir ? Quelques-uns des meilleurs économistes français croisent leurs analyses et tracent ainsi les contours de cette grande transformation à venir.Sous la direction de Jacques Mistral sont ainsi rassemblés Patrick Artus, Françoise Benhamou, Jean-Paul Betbèze, Anton Brender, Jean-Michel Charpin, Jean-Marie Chevalier, Raphaël Contamin, Bruno Fulda, Patrice Geoffron, Pierre-Noël Giraud, Frédéric Gonand, Fabien Hassan, Pierre Jacquet, Pierre-André Jouvet, Christian De Perthuis, Michel Rocard, Katheline Schubert, Akiko Suwa, Jean Tirole




Les nouvelles luttes


Présentation des mécanismes de la communication lorsqu'elle est utilisée au service de mouvements contestataires (opposition à la construction d'un barrage, aux OGM, au gaz de schiste, etc.), illustrée de témoignages de personnes engagées comme José. A travers de nombreux témoignages d’acteurs des nouvelles contestations, l’ouvrage donne des clés pour comprendre les nouvelles luttes citoyennes.




«Tout peut changer»

par Naomie Klein


Notre modèle économique est en guerre contre la vie sur Terre. Nous ne pouvons infléchir les lois de la nature, mais nos comportements, en revanche, peuvent et doivent radicalement changer sous peine d’entraîner un cataclysme. Pour Naomi Klein, la lutte contre les changements climatiques requiert non seulement une réorientation de nos sociétés vers un modèle durable pour l’environnement, mais elle ouvre aussi la voie à une transformation sociale radicale, transformation qui pourrait nous mener à un monde meilleur, plus juste et équitable. Tant par l’urgence du sujet traité que par l’ampleur de la recherche effectuée, Naomi Klein signe ici son livre sans doute le plus important à ce jour.




L’habitat sain et naturel


Voici le guide complet pour une maison naturelle et saine !

Des simples aménagements (pose de cloison, de sol, isolation) à la décoration de votre intérieur, vous saurez créer des ambiances chaleureuses, tout en évitant les produits polluants.

En plus des conseils et techniques, ce guide contient de nombreuses recettes de peintures, enduits... et produits d'entretien à faire soi-même, ou prêts à l'emploi.

Pour une vie saine et économique.


Aux éditions Terre vivante